Archive for the Category »Aventure «

Théo et le mystère de la météorite

Avec la publication par deux dominicains en 1486 du "Marteau des sorcières", la justice dispose d’un parfait  manuel pour condamner les sorciers. Cette recherche fut d’ailleurs plus active dans les terres devenues protestantes que dans celle restées catholiques. En Alsace à Bergheim un musée d’histoire est consacré à cette persécution. Aussi cet ouvrage en situant son action à Ensisheim fin 1492 et en montrant comment un jeune étranger à la commune (ses parents n’y sont pas nés car il appartient à une famille itinérante de tailleurs de pierres), souffrant d’une malformation qui le fait boiter, se trouve accusé de sorcellerie, l’auteur fait preuve d’une bonne reconstitution du phénomène. Par ailleurs placer l’arrivée de Maximilien d’Autriche dans ce village légèrement au nord du Sundgau permet d’en rappeler qu’il en est alors le suzerain, et parler de son cortège royal (page 64) est la marque d’une connaissance précise de l’histoire de ce personnage, qui n’obtiendra le titre d’empereur que quelques années plus tard. Il est très exceptionnel que l’historien soit pleinement satisfait de la dimension historique proposée dans un ouvrage de fiction pour la jeunesse, pour commencer cette présentation par le souligner. L’action de dédouble, une partie se passe donc à Ensisheim dans le sud de l’Alsace au début de la Renaissance  et une autre se déroule de nos jours en région parisienne au départ, puis à Ensisheim et enfin à Callas dans le Var en Provence.


La chute d’une météorite en novembre 1492 est également un fait historique avérée (ainsi que la visite et la décision de préservation du roi des Romains)  et l’intrigue est bâtie sur la disparition dans des musées des fragments conservés de celle-ci. Enquêtent sur la disparition de fragments de cette météorite : Tihouac (ancien espion au service de l’armée britannique, au temps de la Guerre froide), du petit-fils de ce dernier et de l’amie du jeune héros. Le professeur Rocamadour (ancien directeur du Museum d’histoire naturelle de Paris)  a mis Tihouac sur la piste de ces disparitions. Aux pages 117 à 120 on suit le lent et complexe déchiffrage d’un message énigmatique laissé par  Sébastien Brad, à qui on doit un témoignage historique sur l’arrivée de cette météorite. La relative largement connaissance par des étrangers à l’Alsace de l’évènement est due au récent développement de l’imprimerie à Bâle et Strasbourg. Cerise sur le gâteau, des reproductions de documents iconographiques de l’époque parsèment le livre. Une reproduction de la "Mélancolie" de Dürer (page 128) donne une autre clé du mystère. Il est à noter que le premier volume de cette série intitulé "Théo et l’énigme des diamants" avait été présenté ici en 2011 peu après sa sortie. 


Théo et le mystère de la météorite de Didier Leterq. Le Pommier, 2012.
180 pages. 12,00 euros. A partir de 10 ans.

 

 

 

 

L’année du tigre

Avec près de cinquante chapitres se terminant en général par une demi-page blanche, un texte aéré par le fait qu'il est souvent composé de courtes répliques et de très nombreuses illustrations pleine page, le volume de texte reste raisonnable.

L'intrigue est simple et bien contextualisée, les deux héros sont de jeunes garçons qui vivent au IIe siècle à l'époque des Han orientaux. La Chine est alors la proie à une succession d'insurrections paysannes et de pénétrations barbares. Les autorités décident qu'il est urgent de consolider la muraille de Chine qui protège les habitants de l'Empire du milieu.

Un des deux personnages et son père sont jetés en prison par un malheureux concours de circonstances, une action audacieuse va permettre leur délivrance. Les deux héros, unis par leur passion du tir à l'arc vont devoir songer à prévenir l'attaque des ennemis. Le contenu de quelques notes et des illustrations permet une belle approche de la Chine à la fin de l'Antiquité..


L'année du tigre d'Alison Lloyd. Flammarion, 2013.
318 pages. 8,10 euros. À partir de 9 ans.

 

 

 

Le chevalier cassé s’en va-t-en guerre

A partir de quel âge lire ce livre ? Et jusqu'à quel âge ? Déjà il faut s'attaquer à un vrai roman d'aventures de 190 pages environ ce qui n'est pas forcément à la portée du premier venu.
 
Et l'histoire est-ce qu'elle vaut le coup ? Alexandre et Luna, adeptes d’un méga jeu de rôle en réseau, ont répondu à l'appel du chevalier cassé qui les a contactés par email. Leur étrange interlocuteur a besoin d’eux pour mener à bien une mission qui n’a rien de virtuelle…

Des « justiciers », un « chevalier cassé », un mystérieux rendez-vous. Une affaire surprenante, qui dépasse l'entendement ; même si c'est une question de vie ou de mort le Bien doit l'emporter. L'auteur respecte les codes du genre, son récit s'accordera à la morale en fin de compte, « action-réaction » : comme dans l'histoire, des adolescents peuvent être comme des « poissons dans l'eau » à lire ce livre.


Le chevalier cassé s'en va-t-en guerre d'Arthur Ténor. Oslo, 2011.
190 pages. 9,95 euros. A partir de 9 ans.

 

 

 

Niak

Voici un livre qui parodie certaines émissions de téléréalité, celles où les concurrents doivent séjourner dans un environnement hostile. Le héros est un peu semblable à Crocodile Dundee dont la valorisation va de pair avec les moqueries que suscitent les mésaventures de l'animateur de l'émission. Ce dernier par un concours de circonstances est tombé dans un face à face bien réel avec les dures conditions d'une vie isolée dans les marais de Floride.  


« Derek n'était pas beau à voir. Sans maquillage télé et spray autobronzant, il affichait tous les stigmates de son fiasco des Everglades : nez pincé par la tortue serpentine ; marques de crocs sur son menton, ses bras et son pouce dues au serpent d'eau ; croûtes sur la lèvre et genoux écorchés suite au pugilat avec Alice ; vilaines rougeurs pour s'être frotté au sumac; perforation de la langue, résultant de sa prise de contact avec la chauve-souris molosse ». (page 243)


Il est à noter que cet ouvrage, bâti à partir d'un mélange détonnant de mystère, d'exotisme, d'action et d'humour,  a reçu aux USA du prix Barnes & Noble du meilleur roman jeunesse pour l'année 2012 de la part du jury qui a vu dans le récit une belle parodie de l'émission "Man vs Wild".  L'ouvrage est découpé en 26 courts chapitres et un épilogue, le volume de texte restant raisonnable malgré le nombre de pages élevé. 
 

Niak de Carl Hiaasen. Gallimard jeunesse, 2013.
295 pages. 13, 50 euros. À partir de 11 ans.

 

 

 

Shen Shan T4 : Mission au centre de la terre

Voilà un ouvrage qui demande des qualités d'observation et de lecture d’image mais également des capacités de compréhension d'énoncés. En effet pour avancer dans l'histoire, il va falloir distinguer un élément du dessin en double-page, mais en ayant bien compris le sens d'une énigme d'une soixantaine de mots. Des aides successives éventuelles permettent d'aller vers la solution. 


Si le décor est celui de la Chine médiévale comme dans les albums précédents de la série (dont "Shen Shan T3 : Sur la piste de tante Wang Wang"), il est enrichi ici d'un univers proche de celui des elfes.  De plus on note pages 16 et 17 un beau jeu de l’oie où sont désignés sans être mis en évidence les douze signes chinois de l’horoscope ; on pourrait ajouter à la règle un point qui avantagerait celui qui en tombant sur l’une des douze cases dirait par exemple : « rat signe de l’horoscope chinois ». Rappelons à ce sujet que font partie du même ensemble outre le rat, le buffle, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, le mouton (ou la chèvre), le singe, le coq, le chien et le cochon.

 

Mène l'enquête avec Shen Shan : mission au centre de la terre de Didier Lévy et Fabien Laurent.
Sarbacane, 2013. 24 pages. 16 euros. À partir de 8 ans.

 

 

Nuit de folie au musée : Pharaon s’amuse

Si cette fiction se passe au musée du Louvre, elle a l’avantage de nous épargner une intrigue basée sur le vol d’une œuvre d’art. Certes, le récit s’appuie sur un aspect fantastique, les statues égyptiennes reprenant vie les nuits de pleine lune, mais cela a l’avantage de nous introduire dans la culture du temps des pharaons. L’héroïne, Léa, fille d’une employée du Louvre, trouve le moyen de se cacher dans une salle pour une nuit et elle comprend les tenants du mystère. 


La partie documentaire porte sur l’histoire du Louvre, depuis sa construction en tant que château jusqu’à son réaménagement à la fin du XXe siècle (avec la construction de sa pyramide en verre), mais également sur les fêtes dans le milieu des pharaons. Un lexique d’une quinzaine de mots est fourni et les explications sont lumineuses. L’ouvrage est abondamment illustré dans sa partie fictionnel et documentaire, l’auteure adaptant par ses propres dessins l’univers de l’Égypte antique ; en conséquence les 58 pages de récit ne représenteraient qu’environ 33 pages si les textes étaient mis bout à bout sans illustration.


Nuit de folie au musée : Pharaon s'amuse de Viviane Koenig.
Oskar, 2013. 72 pages. 8,95 euros. À partir de 8 ans.

 

 

 

 

La bande à Grimme

Grimme le vieux de douze ans est le chef de la bande : Fanette, Moka et Mako, Muffline, Sibotie, Griotte et Sucette, une bande de « loqueteux, crève la faim et de gardiens de poux » surnommée « la bande des Mille Poux » par les gens qui ont une cheminée, un toit et des plats de viande. Grimme est le roi des chapardeurs. A moins d'un magicien qui transformerait le contenu de ses poches en bon argent sonnant ?


C'est Noël, « le parc est blanc comme sucre », Noël partout même dans les poches de Grimme. Que vont-ils faire de tout cet argent ? Pas dormir encore le ventre creux.


Qui dit magicien, dit sombre histoire : de soldats de plomb, c'est comme ça : qui lira comprendra, sachez juste que l’aventure est au tournant et que les méchants sont vraiment méchants mais aussi très bêtes… 


La bande à Grimme d’Aurélien Loncke. École des loisirs, 2012.
138 pages. 9,20 euros. A partir de 9 ans.

 

 

 

 

 

Cartouche roi de Paris

L’action démarre en 1706 à Paris alors que le jeune héros a treize ans. Menacé par son père d’aller faire un séjour en prison lorsque celui-ci s’aperçoit qu’il commet des vols, Cartouche d’enfuit. L’action fait l’impasse sur la période où ce dernier est soldat dans les Flandres lors de la Guerre de Succession d’Espagne. On évoque rétroactivement sa fréquentation des bohémiens et on saute dans le temps de 1706 à 1713, année capitale pour le héros puisqu’il rencontre ses deux futurs bras droits dans son association de voleurs et la femme de sa vie. Un chapitre, signalé clairement comme romancé, montre que Cartouche attire l’attention des plus hautes autorités, particulièrement en dérobant les présents amenés par l’ambassadeur du Grand Turc au jeune roi Louis XV. 

Par petites touches significatives, on approche le fonctionnement de la bande de Cartouche et comment en particulier il place des informateurs chez les domestiques. On notera le présentation en deux pages des principaux personnages dans les deux premières pages et vers la fin de l’ouvrage cinq feuillets de vocabulaire ainsi que dix pages pour un dossier documentaire qui situe en particulier Cartouche par rapport à Mandrin, le financier Law, les petits métiers dans le Paris d’alors, l’armée de l’époque (réservoir en futurs brigands lors de la période de paix qui suit), les prisons …   

Ce roman a reçu le prix du roman historique pour l’année 2013 dans la catégorie Cours moyen-classe de sixième aux côtés de  "La demoiselle sans visage". Pour le prix 2014 du roman historique CM- Sixième, Oskar-Oslo éditions a 2 titres sur 4 de sélectionnés "36, rue Amelot" et "Le mystérieux trésor de Barbe-noire".


Cartouche roi de Paris de Margot Bruyère. Oslo, 2011. 145 pages. 7, 95 euros. À partir de 9-10 ans.    

 

 

 

 

Le prisonnier de la bibliothèque

Avertissement de l'auteur du livre lui-même avant de commencer : 
« L'auteur tient à vous mettre en garde pour le risque que vous courez en avançant plus loin dans votre lecture, dans la lecture en général d'ailleurs… »

Il recommande « à toutes celles et à tous ceux qui ont le cœur sensible de déchirer immédiatement et soigneusement ce  livre en  petits morceaux puis de le jeter dans un incinérateur et d'éparpiller les cendres au vent mauvais… »

Victor aurait dû suivre son conseil ! « Maudit soit le jour où j'ai poussé la porte de la bibliothèque ! Si j'avais su ce qui allait m'arriver je serai parti en courant. » Il n’a pas pu s'empêcher… Victor, plongé dans un monde souterrain, va mettre en danger son existence, à travers des rencontres et des aventures hors du commun. Aurait-il pu penser que dans une bibliothèque, apparemment aussi tranquille que la sienne, sa vie allait se transformer d'une façon surprenante ?

Après ils disent que c'est « un livre à dévorer d'urgence pour ceux qui n'ont pas peur de prendre des risques, même s'ils détestent la lecture et les bibliothèques. » ! Qui faut-il croire ?


Le prisonnier de la bibliothèque de Xavier Armange. Éditions d’Oberstier, 2005.
128 pages. 7 euros. A partirt de 9 ans.

 

 

Category: Aventure  One Comment

Le pionnier du nouveau monde

1657. Jacques a 14 ans. Il quitte avec sa famille le petit village du Perche qui l’a vu naître et embarque pour la Nouvelle-France. Il découvre une existence et un environnement rude où les hivers sont parfois interminables. Suite à une déception amoureuse, Jacques abandonne les siens et part avec un trappeur au cœur des grandes forêts canadiennes pour faire commerce de fourrures avec les indiens. L’aventure avec un grand A dans une nature sauvage et souvent hostile…

Un hommage à Jack London et aux romans d’aventure d’une redoutable efficacité. Cet hymne aux grands espaces nord-américains fait la part belle à l’amitié et à la communauté indienne aux dépens des colons venus d’Europe. Un vrai plaisir de suivre les pérégrinations de Jacques au fil des ans et des saisons. La faim, la violence, mais aussi de grands moments de joie auront jalonné une existence passée au grand air. Une belle surprise !
 
Le pionnier du nouveau monde de Michel Piquemal. Milan, 2012.
152 pages. 5,90 euros. A partir de 10 ans.