Archive for the Category »Histoire «

Max et les poissons – Sophie Adriansen

« Nous, on est juifs. C’est pour ça qu’on a des étoiles cousues à nos habits. Papa et maman me répètent qu’être juif, ce n’est pas avoir fait quelque chose de mal. Mais je n’arrive pas à les croire. »

Max aura bientôt huit ans et il est ravi. Ravi parce qu’il va pouvoir mettre un deuxième poisson dans son bocal, ses parents lui ont promis, et parce que sa sœur va lui offrir un cadre en pâte à sel. Mais dehors c’est la guerre. Et depuis peu Max doit porter une étoile sur ses vêtements. Au début il a trouvé ça joli, une étoile, mais quand ses camarades de classe l’ont traité de « youpin avec une étoile de mer », il a déchanté. Et quand la police française est venue les chercher, lui et sa famille, il s’est demandé ce qu’il se passait. Avec ses mots à lui…

J’ai aimé ce texte pour son point de vue si particulier. Celui d’un petit garçon qui prend de plein fouet des événements abominables avec une naïveté touchante et naturelle, sans aucun recul, sans rien y comprendre. Clairement, la force et l’originalité de ce court roman tient dans le fait qu’il aborde un épisode tragique de la seconde guerre mondiale à travers le regard d’un gamin de huit ans. Et puis j’ai beaucoup aimé la fin, tellement juste, tellement tristement réaliste.

Ce témoignage à hauteur d’enfant, tout en douceur et en délicatesse, se révèle bouleversant. Pas besoin de dramatiser à outrance, pas besoin de chercher des effets tire-larmes artificiels. Sophie Adriansen l’a bien compris, la pudeur et la suggestion laissent un impact bien plus marquant sur le petit lecteur. Cerise sur le gâteau, je trouve la couverture de Tom Haugomat, un illustrateur qui m’avait bluffé avec son travail sur l’album « Hors-pistes », absolument splendide.

A lire donc, et à faire lire pour être ému et ne pas oublier une des pages les plus sombres de notre histoire.

Max et les poissons de Sophie Adriansen. Nathan, 2015. 88 pages. 5,00 euros. A partir de 9 ans.

La drôle d’évasion – Séverine Vidal

Alcatraz était une prison construite sur une île, face à la baie de San Francisco. Une prison dont nul ne s’est jamais échappé. Enfin, officiellement. Parce que le 11 juin 1962, trois détenus ont disparu. Personne ne les a jamais revus, les autorités ont donc conclu qu’ils avaient trouvé la mort en voulant s’enfuir. Cinquante ans plus tard, Zach, 9 ans, ne croit pas à la version officielle. Pour lui il y a bien eu évasion. Et il va le prouver. En se rendant sur place et en s’évadant à son tour. Comment va-t-il s’y prendre ? Ben pour ça il faudra lire le livre, je ne vais pas tout vous raconter non plus !

Ce petit roman est l’exemple type du « livre-accroche » qu’il faudrait proposer aux enfants réfractaires à la lecture. C’est drôle, truculent, enlevé, sans temps-mort. Il y a de l’action, une petite dose de suspens, un soupçon de tension et une fin qui interroge beaucoup. La langue, à la fois orale et très visuelle, est pleine de peps, et les dialogues sonnent juste. Au-delà du fond, la mise en page joue également un rôle ludique fort appréciable avec les bonus illustrés en fin de chapitres et de savoureuses notes de bas de page.

Et puis le petit Zach vaut son pesant de cacahuètes ! Tellement tentant de s’identifier à lui et d’admirer sa débrouillardise et sa répartie. Le personnage du père est aussi très bien trouvé, un spécimen rarissime, farfelu à souhait.

Tout ça pour vous dire que la réussite est ici totale. A  tel point que je compte bien soumettre ce titre au comité de sélection du prix des jeunes lecteurs dont j'ai la charge. Et s'il fait partie des cinq livres choisis au final, je me ferais un plaisir d'aller le défendre devant les élèves.

La drôle d’évasion de Séverine Vidal. Sarbacane, 2015. 152 pages. 9,90 euros. A partir de 8 ans.

Poil de Carotte (1894) – Jules Renard

Un livre de la bibiothèque numérique TV5Monde (212 classiques en ligne) : Poil de carotte est un enfant très mal aimé, qui, pour lutter contre les humiliations quotidiennes et la haine maternelle, n'a que la ruse, cette arme des faibles. Sans doute est-ce dans cette enfance malheureuse qu'il faut chercher les sources du scepticisme et de l'ironie de Jules Renard (1864-1910), son art de la litote, son style dense et précis, sa cruauté d'observation. Le récit se présente comme une suite de courts croquis formant des chapitres.
François Lepic, surnommé « Poil de carotte » à cause de ses cheveux roux et ses taches de rousseur, est montré comme victime des humiliations et de l'indifférence de ses parents, de son frère Félix et de sa sœur, Ernestine. Il est lui-même bourreau, lorsqu'il massacre de petits animaux…
Début du roman :
Qui se souvient encore de ce nom « Poil de carotte », ainsi appelle-t-on depuis toujours le petit dernier de la famille Lepic. Tout simplement à cause de ses cheveux roux et ses taches de rousseur. Poil de carotte n'a peur de rien, ce qui ne l'empêche pas de trembler dans le noir en entendant la voix de sa mère, sa mère qui le punit toujours injustement et lui préfère son grand frère Félix et sa sœur Ernestine. Et pourtant Poil de carotte est plein de tendresse mais, ne sachant l'exprimer il se montre souvent maladroit et sot…
(Source Wikipédia)
Le site :
http://bibliothequenumerique.tv5monde.com/livre/151/Poil-de-Carotte

ou
Jules Renard, Poil de Carotte, Illustrations par Félix Vallotton. Flammarion, 1902.
Sur Wikisource : http://fr.wikisource.org/wiki/Poil_de_Carotte

Pour lire en ligne :

La Grande Bibliothèque Numérique en ligne…

Cette sitographie mise à jour régulièrement est composée de trois parties :
1) des livres, BD, encyclopédie, ouvrages scolaires, plans, cartes, revues, etc.
2) Poésie, pièces de Théâtre et dans notre fonds documentaire,
3) des livres à écouter sur tous supports (Web, tablettes…)

Des livres que tu peux télécharger, lire, écouter, échanger, utiliser pour tout ce qu'il te plaira. Tu trouveras des livres utiles, au programme des classes d'école, de collège et de lycée. Et ne manque pas de revenir de temps en temps : nous rajouterons régulièrement de nouveaux textes et de nouveaux compléments. Découvrir la bibliothèque numérique

Et pour ceux qui ont des difficultés avec la lecture : http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=7066

 

Pour aller plus loin :

La plateforme Les fondamentaux s’adresse aux élèves, aux enseignants, aux parents, aux animateurs et aux éducateurs.
Elle propose des films d’animation pour favoriser, de façon ludique, l’acquisition des notions fondamentales de l’école élémentaire, liées à l’apprentissage du français, des mathématiques, des sciences et techniques, de l’histoire, de la géographie, de l’instruction civique et des langues vivantes.
http://www.reseau-canope.fr/lesfondamentaux/discipline/langue-francaise.html

Que se passe-t-il pour l’apprentissage de la lecture au primaire ? : une plateforme complète de vidéos et de fiches pédagogiques couvre une année d’apprentissage au CP, à consulter sur le site du CNDP.
http://www.cndp.fr/lire-au-cp/une-annee-au-cp/

La littérature à l’école – Liste de référence cycle 2 & 3 – 2013
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=4809

Si votre enfant vous dit en couleurs « Tu sais, je sais lire maintenant ! »
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=5394

Conte écrit en collaboration en direct-live de janvier à février 2014
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=5688

Prix des jeunes lecteurs de l'Oise 2013-2014
le Prix des Jeunes lecteurs de l’Oise a en effet pour objectif de favoriser les échanges entre l'école primaire et le collège autour du livre, mais aussi de familiariser les élèves de CM2 et de 6ème à la littérature et d’aiguiser leur désir de lire.
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/prix_jeunes_lecteurs_oise/

Il était une histoire… Faire grandir le désir de livre
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=1567

Manuel pour l’apprentissage de la lecture complet et gratuit pour l’année de CP
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=5300

Enseigner à la littérature et aiguiser leur désir de lire.
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_mediatheque/?p=4477

Neuf contes de Charles Perrault (pdf, epub)
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=5292

Lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet (pdf, epub, braille)
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=5289

Un mousse de Surcouf – Pierre Maël (e-pub)
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=5660

Je Lis Libre : des livres gratuits pour les 10 à 14 ans
http://crdp.ac-amiens.fr/cddpoise/blog_petits_lecteurs/?p=4847

Une preuve d’amour

Dans la classe. Les Misérables sont au programme, et ce jour-là le débat s'amorce à propos de Fantine : mauvaise mère qui abandonne Cosette ? Mère exemplaire qui se sacrifie pour sauver sa fille ? La discussion est animée, les avis divergent, quand tout à coup Abdou se lève et quitte la classe. Le roman de Victor Hugo lui rappelle sa propre vie. Sonia l'a bien compris -, elle va aider son ami dans sa quête.

un extrait :

Le prof de français monte sur l’estrade, les mains en porte-voix :
- Pas tous à la fois ! On ne s’entend plus !
Personne n’écoute, on se parle d’un bord à l’autre de l’allée, les voix fusent à travers la classe en même temps que des boules de papier froissé.
- De toutes façons elle avait pas le choix…
- Attends, t’as toujours le choix !
- C’est vrai ça, pourquoi elle l’a fait cette enfant si elle avait pas les moyens de l’élever ?
- Bouffonne, y avait pas la pilule dans l’ancien temps…
Le prof tente un commentaire :
- Nathalie, l’histoire ne se passe pas en Grèce Antique, mais à Paris au début du XIXème siècle. Ce n’est pas si lointain…
- Y avait la pilule à l’époque ?
- Non, mais…
- C’est bien ce que je dis monsieur alors, c’est la préhistoire ! Victor Hugo, c’est la préhistoire ! Si tu étais enceinte, tant pis pour toi, tu avais un enfant et puis c’est tout.

Une preuve d'amour, Goby Valentine, Thierry Magnier Editions, 2013 (86 pages), ISBN 978-2364742628, Prix : 5,95 €, à partir de 11-12 ans.

 

Le journal d’Alice

Voilà une excellente série pour les filles de 9 à 12 ans dans la veine de "Cuore" le grand classique italien pour les jeunes d'Edmond de Amicis qui présente la vie d'un écolier italien, tenant un journal intime, durant l'année scolaire 1881-1882.

L'héroïne a 10 ans et elle scolarisé en cinquième année d'école primaire, comme elle est canadienne elle doit encore effectuer une sixième année à l'école élémentaire avant d'entrer au collège. Si les quatre premiers volumes sont consacrés à l'univers scolaire et familial de l'héroïne, le cinquième est celui des vacances d'été entre les deux dernières années de scolarisation en primaire (Alice fête alors ses 11ans et visite la Belgique ainsi que Paris), le sixième volume démarre à la rentrée scolaire et sort fin mai en Europe. Outre-Atlantique le tome 8 est paru à l'extrême fin du premier trimestre 2014. Il est à noter qu'un journal intime, aux couleurs d'Alice, à remplir par les jeunes est également proposé au Québec.

"Le journal d'Alice" a l'intérêt de relativiser tous les petits soucis d'une enfant vivant dans un milieu familial équilibré. Par ailleurs, il accompagne positivement une fille dans les premiers sentiments qu'elle peut éprouver vis-à-vis d'un garçon. Le tome cinq, qui transpose l'héroïne dans une autre société (elle est avec sa grand-mère maternelle belge), peut être lu de façon autonome. Sinon pour bien savourer toutes les allusions, on aura intérêt à commencer la série au tome 1. Quelques québécismes sont glissés par-ci par-là, le contexte permet d'en saisir aisément le sens. L'illustration en noir et blanc est variée, elle va de croquis censés être réalisés par la narratrice à l'imitation de photographies (présentées comme collées dans le journal intime).  


       
Le journal d'Alice, 1 de Sylvie Louis. Dominique et compagnie, 2010.155 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

Le journal d'Alice, 2 Lola Falbala de Sylvie Louis. Dominique et compagnie, 2010. 155 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.  

Le journal d'Alice, 3 Confidences sous l'érable  de Sylvie Louis. Dominique et compagnie, 2011.159 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

Le journal d'Alice, 4 Le big bang de Sylvie Louis. Dominique et compagnie, 2011.159 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

Le journal d'Alice, 5 La saison des citrobulles de Sylvie Louis. Dominique et compagnie, 2012.159 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

Le journal d'Alice, 6 Bienvenue en 6e B de Sylvie Louis. Dominique et compagnie, 2012.159 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

Le journal d'Alice, 7 Ne m'appelez plus jamais Biquette de Sylvie Louis, Christine Battuz, 2013, 160 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

Le journal d'Alice, 8 Et si on faisait la paix ?  de Sylvie Louis, Christine Battuz, 2014, 160 pages. 9, 95 euros. À partir de 9 ans.

 

 

Nano

Il s'appelle « Nano » ce qui signifierait « nain » en grec mais aucun rapport…Ce sont les grandes vacances. Petit à petit l'immeuble se vide, les gens partent en vacances. Nano regardera la  télé et quand il ne la regardera pas il tapera des coups de pieds dans son ballon, il l'enverra valdinguer contre le mur.
Smaïn son copain est parti pour trois semaines à Fréjus, à la mer.
Sa mère à lui est gardienne d'immeuble et en plus elle fait des ménages. Avec l'argent récolté elle veut payer à Nano des cours particuliers de maths pendant les vacances. Pour qu'il aille à la mer quand il sera grand.
Pendant les vacances Nano aide sa mère en distribuant le courrier à tous les étages dans l'immeuble.
Mais on n'est qu'au début de l'été, qu'au début des vacances, qu'au début du livre, tout peut encore arriver, notamment des événements mystérieux qui vont pimenter les journées mais aussi mettre Nano en grand danger…

Nano de Dominique Forma. Syros, 2013. 138 pages. 6,20 euros. A partir de 11 ans.

 

De Gaulle raconté aux enfants

La rédaction de l’ouvrage a été confiée à un professeur de lycée, qui a déjà écrit des textes de recherches autour de la vie du général de Gaulle. Le livre est abondamment illustré, des pages comme celles annonçant chacune des six parties  sont quasiment vides de texte et iconographie. On joue avec des couleurs différentes pour les caractères d’imprimerie afin de relancer l’attention.

Les illustrations sont très variées, certaines sont des documents d’époque comme le dessin de Jean Effel où on voit le 25 août 1944 la tour Eiffel accueillir le général de Gaulle, d’autres sont de pédagogiques reconstitutions comme cette image page 11 où le lieutenant de Gaulle part à l’assaut du pont de Dinant (Belgique) en août 1914. La qualité de la recherche iconographique est ici époustouflante. A côté des documents fétiches que l’on attendait, on a par exemple une affiche des FFI de Toulouse datant de fin 1944 ou celle pour l’élection présidentielle de 1965 où on voit une enfant habillée en Marianne déclarant « J’ai 7 ans, laissez-moi grandir ».

Un texte autonome ne dépasse jamais 300 mots, et les tailles varient ainsi sur une double-page à côté du long texte, on a deux à quatre aspects secondaires développées en lien. Ainsi après avoir présenté comme grand paragraphe "Le chef de la France libre", l’auteur propose quatre focalisations d’environ 50 mots chacune, intitulées "condamné à mort", "la croix de Jeanne d’Arc ?" (au sujet de la croix de Lorraine), "le serment de Koufra" et  "1059 compagnons de la Libération".  Les six chapitres sont : le soldat, le résistant, le libérateur, le politique et l’écrivain, le président de la république, le plus grand des Français. 

Le CD propose des situations, au nombre de huit, qui se centrent sur un épisode capital de la vie du général de Gaulle. Quand cela est possible, on peut entendre la voix authentique du personnage comme dans  "18 juin 1940 L’appel",  "1er juin 1958 Le retour du général de Gaulle " ou  "29 mai 1968 De Gaulle s’envole à Baden-Baden". Une lecture et écoute de cette production par des adultes se feraient dans le plaisir de la découverte ou redécouverte d’informations, sous un angle très attrayant.


De Gaulle raconté aux enfants de Rapahaël Dargent. Éveil et découvertes, 2010.  69 pages plus 1 CD-audio. 19,95 euros. Dès 10 ans.

 


 

 

36, rue Amelot

Durant les quarante premières pages, Nathan écrit un texte à Mathieu, où il lui rappelle en quelles circonstances sa famille de juifs polonais est arrivée à Paris en 1938 et comment il fut envoyé sans ses parents dans la Creuse dans une famille qui acceptait de cacher son identité. La seconde partie de l’ouvrage est rédigé par Matthieu afin de lui rendre compte, lorsqu’il reviendra vers la fin de la guerre, de la façon dont il a vécu dans leur quartier parisien du Marais. Une toute petite partie évoque comment, après la Libération, l’un doit se faire une raison de ne plus revoir sa mère déportée comme juive et l’autre son père envoyé en camp de concentration. 

Le dossier documentaire évoque essentiellement la vie des juifs sous l’Occupation.  Sur ce sujet, on complètera ses connaissances en lisant "Alex et Léon dans les camps français" qui retrace les véritables conditions de vie entre 1942 et 1943 d’une famille juive dans des camps d’internement français dans le sud de la France. Pour la vie à Paris sous l’Occupation, il existe une bonne réécriture romanesque de Colette Vivier dans "La maison des Quatre-Vents".  

Pour le prix 2014 du roman historique jeunesse CM-sixième (remis aux rencontres de l’histoire de Blois) le titre "36, rue Amelot" a été sélectionné avec chez le même éditeur "Le mystérieux trésor de Barbe-Noire" de Pascale Perrier et chez deux autres éditeurs "La demoiselle sans visage" de Brigitte Copin et "Pour l’amour de Vanille" de Christian Grenier.

36, rue Amelot de Christine Deroin. Oskar, 2013.
100 pages. 9, 95 euros. À partir de 9-10 ans.

 

 

 

Le complot de l’ombre

Le titre est évocateur. Voici ceux des premiers chapitres, qui le sont également : « Le complot », « A qui se confier ? », « Une horrible découverte… ». Il y en a dix-huit en tout, des chapitres. C'est pour les lecteurs courageux qui n'ont pas peur ni du nombre de pages (125) ni du contenu de l'histoire.

L’histoire justement, elle se passe à la fin du Moyen Age. Le héros s'appelle Gaspard. Il se demande si son père a été tué ou s'il est mort de mort naturelle. Ce qui change tout. Courageusement il va mener l'enquête, confronter les réponses aux questions qu'il s'est posées.

Serez-vous aussi intrépide et perspicace que lui ?
 

Le complot de l'ombre d'Anne Ferrier. Le livre de poche jeunesse, 2008.
125 pages. 4,95 euros. A partir de 12 ans.

 


 

 

Le mystérieux trésor de Barbe-Noire

Voilà un roman historique qui met en scène, à travers le récit postérieur de quarante ans d’un mousse breton (originaire de Saint-Malo) devenu pirate (à l’insu de son plein gré …), les aventures de Barbe-Noire qui, au début du XVIIe, siècle écuma les Antilles et les colonies méridionales britanniques de l’Angleterre (qui formeront plus de 50 ans après les USA).

Il est intéressant d’approcher le mode de vie sur les bateaux de pirates et de voir que là aussi, et avec beaucoup plus de nécessité, des règles de vie étaient établies. La vie de Barbe-Noire est retracée tout au long du récit et en une demi-page dans la partie documentaire. Cette dernière traite de la piraterie en général autour de 1700 en Amériques à partir de questions pratiques : habillements, présence d’un anneau d’or, pirates célèbres, armes, pavillon, mode de vie à terre, trésors …  

A noter que "Le mystérieux trésor de Barbe-Noire" et "36, rue Amelot " chez le même éditeur ainsi que "La demoiselle sans visage" de Brigitte Copin et "Pour l’amour de Vanille" de Christian Grenier chez deux autres éditeurs sont candidats pour le prix 2014 du roman historique jeunesse  CM-sixième (remis aux rencontres de l’histoire de Blois).


Le mystérieux trésor de Barbe-Noire de Pascale Perrier. Oskar, 2013.
93 pages. 9,95 euros. À partir de 9 ans
.