Si j’étais… SAMOURAÏ

Fubuki se présente au château d’Azuchi, envoyé par son vieux maître Hirotoshi, le daimyo, pour devenir samouraï. Celui-ci l’examine de la tête aux pieds et malgré son aspect frêle, accepte de lui enseigner leur code d’honneur et compléter son éducation. Fubuki jure fidélité et semble soulagé qu’un simple détail, tu, ait échappé au seigneur…
Les apprentis samouraïs accueillent le jeune élève avec des rires, mais immédiatement,  Fubuki fait taire les moqueries. En réponse à la provocation, elle décoche une flèche de son arc, qui vient se ficher au centre de la cible. Puis, lors d’un combat amical, elle terrasse Tatsuya en un rien de temps. Mais ce dernier, en scrutant le visage de Fubuki, est attiré par quelque chose d’étrange.

Un très bel album sur le thème des samouraïs, très en vogue actuellement… dans les tons d’ocre orangé. Le dessin est fin, joli et expressif. –Voir en particulier les pages 24 et 25. Les rabats illustrés animent les personnages et contiennent des informations documentaires. Les dernières pages, tout-à-fait passionnantes, donnent la possibilité de mettre en scène et d’interpréter son propre héros pour prolonger l’aventure. Enfin, un glossaire pour en savoir toujours plus !

 

Si j’étais…SAMOURAÏ, Didier Dufresne, Bruno Pilorget, l’Élan vert, 2011.
30 pages. 15€50. Dès 8 ans.


    

  

 

 

 

 


 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>