L’île du sommeil

Le narrateur narre (raconte). Jusque là tout va bien. Il a onze ans. Il fait une course de vélo avec ses copains. Mais ! Pendant la course il a un accident. Il est « tombé » dans le coma mais il raconte la suite…

En premier, le premier, il se demande où il est arrivé ? Réponse : à « NOCTANCE », « l’île de mes rêves ».
La question est : est-ce qu’être plongé dans le coma c’est comme être perdu dans ses pensées ? Dans ses rêves ? C’est comme être dans la lune ? C’est comme écrire ? Ou lire ?

Et voilà le « Picancroque » et « Peluche l’ours géant du docteur Mortès », « Oloon », une cabane perchée dans un arbre, « Marvelle », et « Albert », « Guibolle », des monstres et d’autres…

Tout ça pour une histoire de freins qui n’avaient pas été réparés par le grand-père juste avant la course de vélo.
Et voilà !

L’île du sommeil de Fabrice Colin. Flammarion, 2011.
175 pages. 6,60 euros. A partir de 9 ans.
 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
One Response
  1. Leiloona dit :

    Lu il y a plusieurs mois, j'avais bien aimé ce conte. ;)

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>