Le petit chaperon rouge en Transylvanie

Le titre est quelque peu trompeur. Bien que l’histoire se déroule en Transylvanie, il n’y a là aucun vampire. Juste une grand-mère, un loup et un petit chaperon rouge. Du grand classique, quoi. Sauf que ce petit chaperon, protégé par une cape et un capuchon fabriqué avec une laine magique, est bien moins naïf qu’il n’y paraît. En tuant le loup, il va libérer sa grand-mère morte et bien d’autres fantômes…

Variation du conte traditionnel, ce petit chaperon rouge en Transylvanie propose un univers gothique digne des contes victoriens. Le trait nerveux et les couleurs sombres de Victor Rivas accentuent le coté effrayant du loup et l’atmosphère lugubre de la forêt. Idéal pour les enfants qui aiment (un peu) se faire peur.

Réécriture ambitieuse et quelque peu torturée d’un texte déjà maintes fois détourné, ce petit chaperon rouge, sélectionné dans le cadre du prix des écoles lors du dernier festival d’Angoulême, est à dévorer à pleines dents !

Le petit chaperon rouge en Transylvanie, de Martin Powell et Victor Rivas, éd. Emmanuel Proust, 2011. 32 pages. 10 euros. Dès 8 ans.

 


 

Category: BD
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
2 Responses
  1. Noukette dit :

    Voilà une réécriture qui devrait me plaire, c'est audacieux en tous cas !

  2. Paul dit :

    Encore plus mort de peur que dans la version originale.
    Et un lien pour inciter à parler de ce qu'on sait de Dracula !  

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>