La leçon de pêche

Émile Bravo avait déjà donné une BD drôle et touchante avec un scénario de Jean Regnaud  Ma maman est en Amérique, elle a rencontré Buffalo Bill (chez Gallimard) ; il adapte ici en BD une nouvelle d’un grand écrivain allemand qui a été traduite par Bernard Friot. Le texte original fut publié en 1963, il s’intitule Anekdote zur Senkung der Arbeitsmoral, et Heinrich Böll (né en 1917 et disparu en 1985) le destinait à un lectorat adulte. Toutefois il est aujourd’hui  souvent étudié dans l’enseignement secondaire en Allemagne.

On a donc à la fois un changement de support, de langue et de public et il est possible de faire trouver deux de ces trois informations aux élèves en s’appuyant sur les écrits fournis en première page du livre et sur la quatrième de couverture. L’on pourra également faire deviner aux élèves que le lieu a été modifié (on est en vérité passé d’un port de la mer du Nord à un port de l’Atlantique).

 Le contenu est à rapprocher de celui de Pierrette et le pot au lait, à une différence près : ce n’est pas le personnage principal qui rêve de construire petit à petit sa propre fortune mais c’est un touriste qui rêve d’un avenir radieux pour un pêcheur (qui ressemble au capitaine Haddock). Cette prospérité lui sera acquise en travaillant de plus en plus et en pillant (ou faisant piller) le plus égoïstement et le plus inconsciemment la mer, ramenant ainsi dans ses filets en nylon un dauphin dont la pêche est interdite, tyrannisant son équipage, repérant par hélicoptère les bancs de poissons … Tout cela dans l’objectif de pouvoir vivre un jour en rentier, pouvoir « (s’) asseoir sur le port, faire la sieste en plein soleil ou contempler les splendeurs de la mer ». Bref, exactement ce que s’accordait quotidiennement pendant un long moment le pêcheur et qui a été interrompu par le bruit du déclenchement de l’appareil photographique du touriste dans la scène d’ouverture.

 Ce récit peu aisément servir de support à une discussion entrant dans le cadre de la philosophie à l’école primaire. Le fait qu’il se présente sous forme de BD lèvera l’obstacle culturel qu’aurait été sa réalisation en album traditionnel, forme qui l’aurait alors fait rejeter par une bonne partie des plus de huit ans. On notera que l’image de couverture suggère une boîte de sardine à ouvrir.

La leçon de pêche d’Heinrich Böll, Émile Bravo et Bernard Friot. 
P’tit Glénat, 2012. 36 pages. 12,20 euros. De 8 à 12 ans.

 


 

Category: BD
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
One Response
  1. Michel dit :

    Une tête d'un capitaine Haddock qui serait toujours de bonne humeur pour cette BD.

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>