L’Auberge des ânes

Dans la littérature occidentale on connaît très bien Les métamorphoses ou L’âne d’or où Lucius est transformé en âne suite à erreur dans une potion, toutefois le contenu de ce récit latin a plus eu de succès en adaptations de BD érotique (Pichard et Manara) qu’en album pour les jeunes, quoiqu’il existe quand même un roman de littérature de jeunesse édité par Dargaud en 1982 à destination de lecteurs d’une dizaine d’années intitulé L’âne d’or.
Si ce texte d’un auteur berbère date du IIe siècle après Jésus-Christ, le récit de L'Auberge des ânes a été écrit environ sept cent ans plus tard par Xue Yusi sous le titre, que personnellement nous rendons par La troisième jouvencelle de l'auberge du pont de bois. Au titre plus explicite le récit de  L'Auberge des ânes se déroule sous la dynastie des Tang, la période où il a été effectivement écrit.

Sansan (ce qui est le redoublement du mot "trois" en chinois) est la tenancière d'un établissement où l'on peut se rassasier et dormir, se révèle aux yeux du jeune héros Zhao comme une magicienne maléfique. Après avoir découvert un secret de cette personne, grâce à sa sobriété qui l'a tenue en éveil, le personnage principal échappe à une transformation en âne. Ne manquant pas d'audace, il décide de prendre la troisième sœur à son propre piège. Devra-t-elle passer le restant de ses jours dans la peau d'un équidé ?

Une page documentaire sur le conte avance les diverses morales pouvant être tirées de ce récit : « il est défendu de chercher à nuire à autrui ; il ne faut pas ignorer pour autant les manœuvres malhonnêtes qui peuvent nous atteindre ». Sans être excessif, le volume de texte n’est pas négligeable pour un album. Il faut compter environ 90 mots par double-page, ce qui écarte l’a priori  toujours possible de lecture pour les petits. Ce préjugé est également partiellement levé par l’aspect de l'illustration qui adapte le style de dessin chinois à un graphisme occidental. Le côté enjôleur de la sorcière est très bien rendu. Les images permettent de s'interroger avec des élèves sur ce qu'on mange  traditionnellement le matin dans des pays différents et à découvrir d’autres céréales que le blé, puisqu’ici il est question de galettes de sarrasin.

L’Auberge des ânes d’Alexandre de Zouaghi, Chun-Liang Yeh et Clémence Pollet.
Hongfei, 2012. 40 pages. 15,20 euros. À partir de 7 ans.

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>