Géo BD tome 3 : Les Enfants de l’ombre

Au début du XXIe siècle, un peintre de l’ethnie Han majoritaire arrive dans la province méridionale du Yunnan ou du Guizhou où vivent plusieurs minorités dont les Miao, connus pour l’extrême sophistication de leurs vêtements traditionnels de couleur indigo. Ces derniers sont connus dans les pays de l’ancienne Indochine sous le nom de Hmongs, ils sont certainement une douzaine de millions à ce jour dont 85 % sur le territoire chinois où se déroule l’action de cet album. 

Il n’a pas été fait le choix d’une page documentaire à la fin de cet album si bien que ces informations sont absentes. La  réalité du contrôle des naissances dans l’Empire du milieu pour les populations non-hans ne débouche que sur la tolérance d’un second enfant et ces personnes n’ont pas un choix total sur leur nombre d’enfants, contrairement à la vision que l’on a généralement de cette question. Le caractère d’exception relative débouche sur un non-respect plus aisé dans des lieux isolés. 

Le motif principal de cet album part de cette réalité sociale. Outre l’artiste han, les personnages principaux sont une jeune villageoise, Shilou, et son grand-père (ses parents sont partis dans la Chine côtière pour travailler en usine). Sont également importants mais à un degré moindre le jeune amoureux de Shilou et une tisserande âgée voisine du peintre. Pour certaines raisons Shilou n’est jamais allée à l’école, aussi en suivant le début de son apprentissage de l’écrit, le lecteur approche le sens de certains caractères chinois et la connaissance des principes de cette écriture.  Le graphisme sait très bien rendre les paysages dans leur immensité ou dans un aspect réduit.  Du fait que l’héroïne ne rencontre aucun personnage masculin de son âge et que la question de la fécondité est posée, cette BD convient mieux à un lectorat de jeunes filles.        

Géo BD, tome 3 : Les Enfants de l’ombre de Béka et Marko.
Dargaud, 2012. 48 pages. 10, 60 euros. À partir de 10 ans.
 
 
 
 
 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
One Response
  1. Yves dit :

    "Mon fiancé chinois", abordable dès 12 ans, de Laure Garancher (chez Steinkis) présente l'histoire d'une jeune fille de l'ethnie hmong du Vietnam, donc du même peuple que l'héroïne miao des "Enfants de l'ombre". Dans "Mon fiancé chinois" on perçoit une autre conséquence de la politique démographique chinoise. Il y a plus de trente millions d'hommes par rapport aux femmes en Chine, du fait des avortements de bébés files. Aussi une jeune hmong part-elle épouser un Chinois comme le font de nombreuses habitantes de pays limitrophes de la Chine.  

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>