Les rêves s’affolent

Tous les poèmes proposés commencent par "je rêve" et en une demi-douzaine de vers d’environ six mots c’est une succession d’atmosphères étranges où la toute puissance onirique permet de toucher des absolus. Les illustrations ajoutent toujours une petite note malicieuse dans leur représentation du sens du texte.
Il est très aisé de retravailler avec les élèves la structure proposée afin que ces derniers mettent leurs mots sur ce même thème. L’idée la plus simple et la plus efficace est de conserver le premier vers mais on pourrait également songer à montrer l’illustration sans le texte et laisser aller l’imagination de l’enfant.

Voici deux exemples de poèmes :

« Je rêve que le ciel est soldé
À un prix raisonnable
J’avais prévu un grand sac
Mais impossible d’emballer le ciel
Qui déborde de partout ».


« Je rêve que mes ailes 
Sont lourdes
Je perds de la hauteur
Je vole comme un bossu
Qui porte sur son dos
La Terre ».


Les rêves s’affolent de Jean Elias et Anastassia Elias. Motus, 2013.
72 pages10 euros. À partir de 8 ans.

 

 

 

 

Category: Poésie
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
One Response
  1. Yves dit :

    Un ouvrage de poésie pour un peu redynamiser tout le monde !

Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>