Yum yum T1: Un mariage mouvementé

Cette histoire a été publiée dans le magazine anglais "Princess Tina" vers 1970, ce sont en fait trois épisodes des aventures d’une jeune Chinoise d’environ sept ans (chacun d’une quinzaine de pages) de la série "My chum Yum Yum". 


Ces trois histoires se déroulent dans l’ancienne colonie britannique qu’est alors Hong-Kong. Le premier récit, qui couvre près de trente pages, démarre sur une bourde de Yum Yum qui est dû à son plaisir de jouer avec la machine à écrire de son tuteur (patron d’une entreprise de tissus et toiles plastifiées). On a rapidement l’impression que pour rattraper sa faute, la jeune héroïne utilise des dons d’ubiquité. Cette aventure permet de mettre en scène trois éléments propres à l’univers du port parfumé (traduction du chinois du nom de la ville) de l’époque qui sont la scolarisation toute relative des filles, l’importance des jeux de cerf-volant et l’univers des malfrats.  Le second épisode commence lui aussi par une maladresse de la petite héroïne qui se trompe de voiture et mets les cadeaux prévus pour Noël dans un mauvais coffre. La troisième intrigue semble naître avec le fait que Yum Yum ait décidé de lancer du sucre (à défaut de riz) sur de jeunes mariés (une coutume occidentale païenne). La fille de son tuteur (âgée d’environ 18 ans) utilisant  alors sa caméra, le film tourné intéresse de louches personnages qui s’avèreront impliqués dans de la contrebande. 


La particularité de cette série est de présenter en fait deux héroïnes d’âge différent, l’une cumulant à la fois une certaine inconscience enfantine, une capacité d’observation de détails significatifs et une capacité à trouver des idées insolites pour se sortir du pétrin, tandis que l’autre est plutôt là comme adjuvent permanent. Il est à noter que, phénomène extrêmement rare dans une BD, le narrateur interne est cette dernière, aussi pour essayer de nous conter cette histoire certains cartouches commencent par "je". La lectrice d’environ dix-douze ans se trouve donc à suivre les aventures de ce qui ressembleraient à celles d’une petite et grande cousine, ce qui permet un grand dynamisme dans l’intrigue.  


Le texte est très copieux (mais la traductrice a su placer des mots de vocabulaire tous très abordables) et le style de dessin de l’auteur apporte une touche de dramatisation et d’élégance au milieu d’un décor assez fouillé pour porter superbement l’imaginaire liée à la Chine en général et Hong-Kong en particulier. L’éditeur le signale comme un des illustrateurs attitrés des ouvrages en français d’Enid Bylton, toutefois il est plus connu aujourd’hui pour ses productions érotiques qu’il signait G. Lévis.    

 

Yum yum T1 : Un mariage mouvementé de Jean Sidobre.
Artège, 2012. 48 pages. 11,50 euros. À partir de 8-9 ans.

 


 

 

 

Category: BD
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>