36, rue Amelot

Durant les quarante premières pages, Nathan écrit un texte à Mathieu, où il lui rappelle en quelles circonstances sa famille de juifs polonais est arrivée à Paris en 1938 et comment il fut envoyé sans ses parents dans la Creuse dans une famille qui acceptait de cacher son identité. La seconde partie de l’ouvrage est rédigé par Matthieu afin de lui rendre compte, lorsqu’il reviendra vers la fin de la guerre, de la façon dont il a vécu dans leur quartier parisien du Marais. Une toute petite partie évoque comment, après la Libération, l’un doit se faire une raison de ne plus revoir sa mère déportée comme juive et l’autre son père envoyé en camp de concentration. 

Le dossier documentaire évoque essentiellement la vie des juifs sous l’Occupation.  Sur ce sujet, on complètera ses connaissances en lisant "Alex et Léon dans les camps français" qui retrace les véritables conditions de vie entre 1942 et 1943 d’une famille juive dans des camps d’internement français dans le sud de la France. Pour la vie à Paris sous l’Occupation, il existe une bonne réécriture romanesque de Colette Vivier dans "La maison des Quatre-Vents".  

Pour le prix 2014 du roman historique jeunesse CM-sixième (remis aux rencontres de l’histoire de Blois) le titre "36, rue Amelot" a été sélectionné avec chez le même éditeur "Le mystérieux trésor de Barbe-Noire" de Pascale Perrier et chez deux autres éditeurs "La demoiselle sans visage" de Brigitte Copin et "Pour l’amour de Vanille" de Christian Grenier.

36, rue Amelot de Christine Deroin. Oskar, 2013.
100 pages. 9, 95 euros. À partir de 9-10 ans.

 

 

 

Category: Histoire
You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can leave a response, or trackback from your own site.
Leave a Reply

XHTML: You can use these tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>