Tag-Archive for » club des cinq «

Interview Agnès Laroche – La dragonne de minuit

Agnès Laroche est née en 1965 à Paris, mais vit aujourd’hui à Angoulême. On la dit distraite ! Ce qui pourrait être considéré comme un défaut lui profite au contraire puisque sa distraction lui permet de se retrancher dans la rêverie et d’en extraire les histoires qu’elle nous livre par la suite. Auteur d’une vingtaine d’ouvrages pour la jeunesse, elle se destine aujourd’hui essentiellement à cette  littérature. 

« Ma distraction me conduit à la rêverie, la rêverie stimule mon imagination, mon imagination m’amène à inventer des personnages, des intrigues, des romans. »

        Notre site s’adresse aux enfants de 9 à 12 ans. Que lisiez-vous à cet âge là ?

Hou là, c’est loin ! Vers 9 ans, bibliothèque rose et verte, Fantômette, Clan des 7, Club des 5… Puis vers 10/11 ans j’ai découvert Agatha Christie, et j’ai dévoré tous ses livres, avant de m’attaquer doucement à la « littérature pour adultes ». Il faut dire qu’il n’y avait pas énormément de livres pour la jeunesse à l’époque…

          Dans « La dragonne de minuit », votre héros est une fille. Pourquoi ?

        Parce que j’aime qu’une fille se comporte en héroïne, et que j’étais plus intéressée par un personnage de dragonne que de dragon, un peu trop banal.

            Le corbeau est un animal peu apprécié. Quelle a été votre intention lorsque vous l’avez choisi pour aider votre héroïne ?

Je trouve que les corbeaux sont de très beaux oiseaux, impressionnants, majestueux, et rarement utilisés pour figurer des personnages positifs, donc je me suis lancée ! J’avais d’abord pensé à une chouette ou un hibou, mais les romans jeunesse fourmillent de ces oiseaux-là.

         Votre œuvre s’inscrit dans une veine très exploitée actuellement : « dragons et dresseurs de dragons ». Avez-vous choisi le personnage de Mara en fonction de ce phénomène ?

Non, je l’ai choisi car il me semblait que cette transformation était la plus spectaculaire qui soit, et permettait à mon héroïne de voler  et d’évoluer dans un univers imaginaire que je pouvais inventer au fur et à mesure.

            Après « Tim sans dragon », écrit en 2008, où le héros est dresseur de dragons, vous abordez la métamorphose de l’être humain en dragon. Comment expliquez-vous cette progression ?

C’était une façon pour moi d’explorer une autre facette de l’univers « dragon », sans me répéter par rapport au roman précédent.

6-      Avez-vous l’intention d’écrire d’autres ouvrages sur le même thème ?

Je ne sais pas, car j’ignore souvent où ma plume va me mener dans les mois à venir !

7-       « La dragonne de minuit » est parue en 2011. Pourquoi avoir attendu trois années avant d’écrire une nouvelle histoire de dragons ?

Parce que j’ai eu envie d’exploiter d’autres thèmes, et de me rapprocher d’ambiances plus réalistes.

8-      Envisagez-vous des aventures similaires dans vos prochains livres ?

Aucune idée, car je ne sais pas encore ce que contiendront mes prochains livres.

9-      Vous vous consacrez maintenant plus spécifiquement à la littérature pour enfants. Pourquoi ne plus écrire pour les adultes ? Que vous apporte tout particulièrement l’écriture d’ouvrages pour enfants ?

Parce que j’y prends beaucoup de plaisir, et que je peux aborder tous les genres, policiers, réalistes, fantaisie. J’aime écrire pour la jeunesse, c’est assez naturel pour moi, une grande source d’amusement et de joie, même si ce n’est pas facile tous les jours.

10-   On vous dit distraite, cela apporte-t-il quelque chose à votre écriture ?

Oui ! Ma distraction me conduit à la rêverie, la rêverie stimule mon imagination, mon imagination m’amène à inventer des personnages, des intrigues, des romans.

11-   Avez-vous un livre en cours d’écriture ? Pouvez-vous nous révéler quelques uns de ses secrets ? 

J’en ai plusieurs, mais je n’en parle jamais, par superstition !

Son site Web : http://agneslaroche.blogspot.fr/