Tag-Archive for » egypte «

Voyage dans l’au-delà

Sénorisis est assurément un enfant différent. Ce jeune scribe vivant au temps des pharaons possède d’incroyables dons pour la magie. Et quand son père l’interroge sur ce qu’il sait de la vie après la mort, le garçon use de son pouvoir pour l’emmener faire un étrange voyage dans l’au-delà. Leur chemin croisera celui du Dieu des morts Anubis et les mènera jusqu’au tribunal divin où est prononcé l’implacable jugement réservé à tous les défunts.

Difficile d’aborder la très complexe conception de la mort chez les égyptiens sans perdre en route le lecteur. Sylvie Albout-Tabart relève cette gageure avec une étonnante facilité. Le propos est à la fois clair et très précis. En choisissant le roman plutôt que le documentaire pour traiter son sujet, l’auteur allie le didactisme à la légèreté de la fiction.

Parsemé de nombreux termes propres à l’époque (scribe, Maison de vie, Livre des morts, amulette, calame…), le récit reste néanmoins très aisément compréhensible sans que l’on ressente le besoin d’ouvrir le dictionnaire toutes les trente secondes. La présentation des Dieux les plus importants en fin d’ouvrage permet en outre de mieux comprendre le rôle de chacun dans le tribunal chargé de juger les trépassés.

Ce Voyage dans l’au-delà propose une plongée au cœur des traditions de l’Egypte antique. On referme le livre en se disant que, loin des clichés les plus éculés concernant les momies et les sarcophages, il reste décidément beaucoup à apprendre sur cette fascinante civilisation.

A recommander chaudement aux petits amoureux de l’Egypte et à leurs parents.

 

Voyage dans l’au-delà, de Sylvie Albout-Tabart, Éditions Les Lucioles, 2010.
92 pages. 9,90 euros. A partir de 10 ans.

 

 

Khénou le protégé d’Horus

Khénou est un jeune esclave qui vit sur les bords du Nil, au temps des Pharaons. Recueilli par  Amenhotep , un architecte renommé pour la construction des palais de la ville, il travaille comme palefrenier aux écuries du Pharaon Pi-Ramsès. Un matin, Montounéfer, le chef de corvée, l’envoie s’occuper de Méryimen, le cheval préféré de la princesse Maât-Hor-Néférou-Rê, l’une des épouses de Pharaon. Khénou accomplit sa tâche avec brio et devient l’écuyer personnel de la princesse. Lorsque la saison des vendanges  arrive, elle lui demande de l’accompagner sur sa barque, pour la grande nuit du Rê, quand les eaux charrient et déposent le limon rouge. Là, elle se confie et parle avec nostalgie à Khénou du pays qui l’a vue naître, la terre du Hatti, de l’autre côté de la mer. Le jeune esclave lui répond que lui aussi est de deux pays et qu’il ne se souvient pas de celui où il est né.

À la saison des moissons, l’armée du grand Ramsès ramène des prisonniers Shasous, des pillards du désert. Parmi eux, la princesse remarque une jeune fille. Elle l’achète et la prend dans sa maison. Khénou se met à l’observer tous les jours et il s’aperçoit qu’elle porte sur le bras, le même signe que lui. Peu à peu, ils font connaissance. La jeune fille lui apprend son nom, Qetura, et quelques mots de la vie courante : pain, eau, ciel, feu, vent, sable. Un jour, le scribe Khonsou, de passage chez la princesse, discute avec Qetura. C’est une fille de Madian, qui a été volée par les Shasous. Les Madianites sont des nomades, qui se déplacent de puits en puits avec leurs caravanes de chameaux. Khénou est très heureux. Il connaît maintenant ses origines. C’est alors qu’il prend une décision importante…

Une histoire d’amour et d’amitié entre deux jeunes personnes  ayant connu l’abandon ou le déracinement. On ne peut que se laisser embarquer dans ce récit qui nous fait découvrir la vie ailleurs, à une autre époque. Les dessins sont très beaux. Le papier légèrement gaufré et brillant et le format de l’album sont très agréables à manipuler. A recommander chaudement aux petits lecteurs amoureux de l’Egypte !

Khénou le protégé d’Horus, Pierre-Marie Beaude et Giorgio Baroni, Milan jeunesse, 2010.
48 pages. 14,95 €. Dès 8 ans.

 

Le papyrus sacré

Un vieil homme lègue à son fils Neferhotep, un papyrus sacré, cadeau d’un pharaon à leur ancêtre. Celui-ci raconte les luttes de pouvoir des dieux entre eux et celles entre les hommes et les divinités. Neferhotep découvre ainsi les secrets de l’humanité.

A travers des textes tirés de la mythologie égyptienne, l’égyptologue Aude Gros De Beler, nous fait découvrir les hiéroglyphes. Tout au long de l’album, certains mots d’abord traduits en gras sont ensuite définitivement remplacés par le hiéroglyphe correspondant à sa traduction. Afin de ne pas perdre le lecteur, l’éditeur a eu la bonne idée de lister sur deux rabats un inventaire des idéogrammes utilisés et leur signification. Seul petit bémol, les rabats sont mal positionnés et ne permettent pas toujours une recherche simple et directe.

A la fin du récit, l’auteur pésente dans un langage simple et adapté un petit cours sur les hiéroglyphes et leurs principales caractéristiques et propose même une initiation au dessin. Un album qui offre aux enfants une découverte originale des mythes et de la culture égyptienne (programme de la classe de 6ème).

Au final, un ouvrage attrayant et atypique renforcé par l’aspect gaufré du papier et les illustrations utilisant différentes techniques (collage, papier déchiré, crayons, craies grasses). Une nouveauté indispensable pour les égyptologues en herbe ! 
 

Le papyrus sacré, d’Aude Gros De Beler, Actes sud junior, 2010.
64 pages. 14 euros. A partir de 9 ans.