Tag-Archive for » herve mestron «

Le mystère Primrose

Hip, jeune collégien de 12 ans vit dans un hôtel et déménage régulièrement pour suivre ses parents chanteurs d'opéra. En plus d'être nouveau dans ce collège de Lille, il a un autre défaut, une maladie qui l'a rendu chauve. Personne ne lui adresse la parole sauf Sophia dont il tombe rapidement amoureux. La solitude pèse au jeune homme qui se réfugie dans la musique pour oublier regards et moqueries.

La découverte d'un portefeuille et de son étrange propriétaire, Madame Delange, vieille dame de 90 ans et la rencontre d'un mystérieux écrivain, Primrose, qu'il étudie en classe, vont bouleverser la vie du jeune garçon. Mais son imagination débordante ne va-t-elle pas lui jouer des tours ?

Hip, préado différent, raconte avec des mots simples ses difficultés d'intégration et ses problèmes de cœur. Le manque de compréhension entre Sophia et lui est flagrant, les attitudes, les paroles sont mal interprétées et se transforment en torture pour Hip. La découverte de l'amour devient un parcours du combattant où les jeunes lecteurs s'y retrouveront très certainement.

Hervé Mestron aborde également un sujet sensible dans notre société moderne: la maltraitance des personnes âgées. Madame Delange, vielle dame qui perd la tête, est touchante et on comprend la compassion de l'ado qui décide malgré les obstacles de la sortir de sa détresse.

Le mystère Primrose est un roman pertinent, réaliste et agréable à lire. Bien entendu, Hervé Mestron reste fidèle à son thème de prédilection : on retrouve tout au long du livre des références musicales et en particulier l'opéra de Puccini la Tosca.

 

Le mystère Primrose d'Hervé Mestron, Rouerge, 2010.
138 pages. 8 euros. Dès 10 ans.

 

Les champignons de Paris

Lucien part en vacances chez sa grand-mère à Paris. Et ce n’est pas Martine (prononcez Martins), sa belle-mère anglaise qui va s’en plaindre. Pour Lucien, c’est le meilleur moment de l’année, il va retrouver sa mamie adorée, un peu « à l’ouest » certes, mais qui lui réserve toujours de belles surprises. Alors qu’il imaginait un vélo, sa grand-mère lui offre une superbe batterie bleue avec cours de musique et cave insonorisée pour pouvoir répéter. Lucien est aux anges, il va pouvoir devenir une rock-star. Le seul souci pour lui c’est qu’il a très peur de descendre à la cave surtout lorsqu’il y croise de drôles de petits êtres…

On retrouve dans ce roman les thèmes chers à Hervé Mestron. Sur fond de musique et de relations intergénérationnelle résonne un récit grave sur les mal-logés. A travers les yeux de Lucien, on prend conscience d’un problème, hélas réel : le logement dans les grandes villes françaises. La famille de Rokia et Djibril est confrontée à un marchand de sommeil qui n’hésite pas à louer une cave, un logement insalubre de 12m2 au nez et à la barbe du vrai propriétaire. Certes, on pourrait reprocher l’optimisme de l’auteur mais les lecteurs ont besoin parfois de positiver dans un monde qui ne laisse que peu de place à l’insouciance.

Les champignons, de Paris d’Hervé Mestron, Syros, 2010.
96 pages. 5,95 euros. A partir de 9 ans.