Tag-Archive for » mali «

Le crochet à nuages : une aventure en pays Dogon

Au pays Dogon, la sécheresse est devenue telle qu’elle menace les cultures. Les anciens ont demandé au chacal si la situation allait s’arranger mais les traces laissées par l’animal sur la table de divination ne laissent espérer aucune amélioration. En dernier recours, la société des masques décide d’organiser une cérémonie censée appeler la pluie. Pour le jeune Amkala, le problème vient du crochet à nuages, ce totem chargé d’arrêter les nuages pour que la pluie tombe. Son meilleur ami Iéména lui suggère que le crochet, planté sur l’autel du Binou, n’est pas placé au bon endroit. Le prenant au mot, Amkala décide d’arracher le crochet et de partir sur la colline pour l’envoyer directement dans le ciel. Mais rien ne va se passer comme prévu et le totem va être volé ce qui, pour les villageois, est une catastrophe…

Pour ce premier titre de la collection Géo en Bande dessinée, Béka et Marko proposent un magnifique voyage au pays Dogon. L’occasion de découvrir les traditions de ce peuple fascinant. Mode de vie, habitat, croyance, rôle de la caste des brigands mais aussi endogamie et petits trafics liés au tourisme, les éléments sont distillés au fil de l’aventure et s’insèrent parfaitement dans le scénario. Celui-ci, très linéaire, est facile à suivre et bien construit. 
   
Le trait de Marko restitue à merveille le plateau, la falaise et la plaine, ces trois types de paysages qui caractérisent cette région du Mali. Les couleurs, à la fois chaudes et douces, sont particulièrement réussies. Bref, un album idéal pour les jeunes lecteurs de BD qui veulent concilier aventure et découverte du monde.

Le crochet à nuages : une aventure en pays Dogon, de Beka et Marko, Éditions Dargaud/Géo, 2011.
46 pages. 9,95 euros. Dès 8 ans.


 

Ce billet signe notre 1ère participation à la BD du mercredi de Mango

 

 

Yatandou

Yatandou, huit ans, vit dans un petit village malien au milieu du désert. Elle travaille dur pour aider sa mère : faire le ménage, garder les chèvres et surtout piler le mil pendant de longues heures afin d’obtenir la farine nécessaire à nourrir toute la famille. Yatandou rêve de pouvoir aller à l’école au lieu de passer ses journées à faire de la farine.

L’arrivée d’une machine à piler le mil, achetée grâce aux ventes sur le marché, révolutionne la vie du village. La plate-forme multifonctionnelle est gérée sous forme de coopérative par les femmes du village. Le temps libéré par cette innovation et l’arrivée d’une institutrice permet à Yatandou d’apprendre à lire et écrire et lui donne l’espoir qu’un jour ses enfants pourront aussi bénéficier d’une pompe à eau, d’un générateur électrique et ainsi se consacrer uniquement à leur éducation et vivre pleinement leur enfance.

Gloria Whelan nous fait découvrir le quotidien d’une petite fille, qui comme la majorité des femmes en Afrique, doit assurer, par des travaux longs et pénibles, la survie de tout un village en eau et en céréales. C’est aussi l’occasion pour l’auteur de promouvoir le PNDU (Programme des Nations Unies pour le développement) qui permet par la généralisation des machines à piler et la construction d’écoles, une scolarisation de plus en plus grande des enfants africains.

Les peintures à l’huile de Peter Sylvada rendent toute la lumière et la chaleur du ciel malien. Les tons rouges, jaunes, ocre et marron invitent à un voyage au cœur de l’Afrique australe et rendent des plus réalistes ce conte ethnique.
 

Yatandou, de Gloria Whelan (illustrations de Peter Sylvada), Le Sorbier, 2008.
36 pages. 13 euros. Dès 8 ans.