Tag-Archive for » sisters «

Les Super Sisters T1 : Privée de laser

Wendy et Marine, les deux sœurs aussi insupportables qu’attachantes imaginées par Cazenove et William nous reviennent dans une série dérivée (un spin off comme disent les anglo-saxons) où elles enfilent leurs super costumes pour devenir de super héroïnes. Au programme de ces quelques histoires courtes, un robot géant qui menace de détruire la ville, des aliens envahisseurs, une reine malfaisante qui pollue l’océan, une horde de zombis, un dragon frappé par une malédiction ou encore un T-Rex souffrant de problèmes dentaires. Dans cette vie parallèle, les sisters restent fidèles à elles-mêmes. Elles se chamaillent toujours autant, la cadette Marine se comportant comme d’habitude en petite peste n’en faisant qu’à sa tête pendant que sa grande sœur veille sur elle en râlant.

Graphiquement, les habitués de la série originelle retrouveront leurs marques sans aucun problème. Seule petite différence, l’action étant ici beaucoup plus présente, les sisters multiplient les acrobaties et les mouvements, ce qui rend leurs attitudes plus proche du dessin animé que de la BD.

Avec cette série dérivée qu’il présente comme une « parenthèse 100% délire », les auteurs se font plaisir en rendant à leur manière un hommage appuyé aux comics américains qui ont bercé leur jeunesse. Un titre bon enfant et divertissant qui ravira les jeunes lecteurs fans de Marine et Wendy en attendant la sortie du sixième tome de la « vraie » série prévu à l’automne.

Les Super Sisters T1 : Privée de laser, de Cazenove et William, Éditions Bamboo, 2011. 46 pages. 10,40 euros. Dès 8 ans.

 

 

Semaine filles et BD 5 : Les Sisters

Les héroïnes de cette BD sont les propres filles de William, le dessinateur. Il y a Wendy, l’ainée et Marine, la cadette. Entre chamailleries, coups bas et moments de tendresse, les relations des Sisters sont décortiquées dans un seul but : faire rire le lecteur. Et il faut bien reconnaître que cela fonctionne. On se rend tout de suite compte qu’il y a du vécu derrière les situations décrites.

Chacune enfile à tour de rôle le costume de la peste : Marine tentant de fourrer son nez dans le journal intime de sa grande sœur ou Wendy voulant se débarrasser du doudou puant de sa cadette. Entre l’élève de CE2 et la collégienne, le fossé semble parfois abyssal, surtout quand la plus âgée commence à entrer de plein pied dans l’adolescence et n’a plus de temps à consacrer aux jeux de l’enfance. Toute la mécanique de la série repose sur les relations à la fois conflictuelles et complices qui unissent les enfants. Les parents ne sont jamais directement montrés, ils apparaissent toujours de dos ou sous forme d’ombres.

Le trait de William est très expressif et d’une grande souplesse, idéal pour décrire les mouvements et souligner les expressions du visage. Les couleurs acidulées contribuent à renforcer l’ambiance joyeuse qui parcourt les planches.

Dénués de toute méchanceté, les gags sont surtout empreints de tendresse. Ces deux gamines s’adorent et leur complicité crève les yeux. La série a très rapidement trouvé son public et connaît un succès grandissant. Un dessin animé va d’ailleurs être diffusé d’ici peu sur une grande chaîne hertzienne. Les Sisters n’ont pas fini de faire parler d’elles !

 
Les Sisters, de William et Cazenove, Éditions Bamboo. 46 pages.
9,95 euros. Dès 9 ans. 4 albums parus.

 

 

Category: BD  Tags: , ,  One Comment