Tag-Archive for » syros «

Vivre de Nathalie Legendre

Alors que ses parents sont tout occupés à leur mission de biologistes sur la planète 8, Gabriel – 9 ans – écrit à sa sœur jumelle Annabelle  dont personne ne parle plus depuis quelques mois… Ils lui proposent de rencontrer des extraterrestres, de découvrir cette planète aux paysages changeants sur laquelle ils viennent de se poser. Mais Gabriel ne voit rien de merveilleux dans ce qui l’entoure. Il décide donc de rester dans la navette, au lieu de traquer ces extraterrestres qui se cachent au regard de ses scientifiques de parents. Jusqu’à ce que le visage de sa sœur se dessine sur le sol de cette étrange planète, puis lui apparaisse deci-delà, jusqu’à sa rencontre avec son premier extraterrestre. C'est un être sensible vivant sur une planète qui vibre à l’unisson des sentiments de Gabriel, c’est-à-dire qui flotte entre peine et ressentiment. Les habitants de la planète 8 vont lui apprendre à se libérer de sa peine et à voir de nouveau le monde qui l’entoure. 

L’auteur parle ici de la perte d’une sœur jumelle et pour prendre un peu de distance place son histoire dans le futur, sur une autre planète où tout est mouvant…  au rythme des sentiments et ressentis du frère jumeau. Le début est un peu mou, mais cela vaut la peine de poursuivre sa lecture et d’accompagner Gabriel jusqu’à la fin de l’ouvrage.
 
Science-fiction. 

 

Vivre de Nathalie Legendre. Syros, 2011. Collection : mini Syros Soon.
40 pages. 2.95 Euros. A partir de 7 ans.

 

Le faux détective

En relevant par hasard le numéro d’immatriculation d’une voiture recherchée par la police, Jo Bical, 12 ans, sent naître en lui une vocation pour le métier de détective privé. Et comme un privé digne de ce nom se doit de posséder son propre bureau, le garçon décide de s’installer dans une usine désaffectée. Problème, il n’est pas le seul à fréquenter les lieux et sa présence semble déranger au plus haut point de dangereux caïds… 

Romain Slocombe excelle à installer des ambiances où la tension grimpe un peu plus à chaque page. Les dialogues sonnent juste et l’univers décrit est parfaitement crédible. Un texte aux tonalités parfois un peu rudes qui ne conviendra pas forcément à tous les lecteurs. Il n’empêche, ce polar moderne aux multiples rebondissements et au suspens bien orchestré constitue une belle première approche du genre.

 

Le faux détective de Romain Slocombe, Syros, 2011.
84 pages. 5,95 euros. A partir de 10 ans.
 

 

Ô corbeau

Jo le corbeau vit seul sous un saule pleureur. Et tous les soirs, il pleure. En chœur, l’arbre et l’oiseau pleurent. Jo le corbeau se désespère parce qu’il ne sait pas chanter et que celle pour qui bat son cœur, la belle Paloma, cantatrice de son état, ne l’aimera jamais. Un beau jour, s’en est trop. Jo décide de partir. Il quitte son saule et s’enfuit. Il arrive alors dans un endroit étrange, blanc comme le plumage de sa colombe, le pôle nord. Épuisé et transi, à bout de forces, il aperçoit un immense igloo, la Taverne de l’Empereur…

Un album poétique sous forme d’hommage à l’amour et au chant de l’amour. Marcus Malte nous parle de pleurs, de solitude et de frustration parce qu’après tout, amour et douleur sont parfois synonymes. L’album est construit sur une alternance de doubles pages de texte et de doubles pages entièrement illustrées. Les mots et les images semblent se répondre constamment pour former au final une parfaite harmonie. A noter que la conclusion de l’histoire est magnifique.

Un superbe ouvrage !
 
Ô corbeau de Marcus Malte, (ill. Rémi Saillard), Syros, 2010.
40 pages. 17,00 €. A partir de 7-8 ans.
 
 
 
 
 
 

 

Les aigles de pluie

Tirdyk et Choden font partie de la tribu des Zadakhs. Ce sont des enfants-pluie vivant sur la planète Aiaé. Lorsqu’un nuage apparaît, ils peuvent unir leurs esprits à ceux des aigles et ainsi déclencher la pluie. Grâce à leur pouvoir, l’eau fait pousser l’herbe et l’herbe nourrit les chevaux et les chèvres, ce qui permet à la tribu de survivre. Mais les temps changent. Les Kins, venus de l’autre coté des montagnes, convoitent les richesses en eau du clan. Lorsque la guerre éclate, Tirdyk et Choden sont capturés.

Deux ans plus tard, les Kins ont entièrement colonisé la vallée et ont imposé leur mode de vie et leur coutume. Pour les deux enfants, exploités comme des esclaves, l’existence est devenue bien difficile…

En à peine quarante pages, Eric Simard parvient à créer un univers de science fiction cohérent. Ce tout petit roman parle avec finesse de respect de la nature, d’amour et de liberté. Nul doute que les petits lecteurs apprécieront leur voyage dans les vallées sauvages de la planète Aiaé avec les enfants-pluie. 

 

Les aigles de pluie, d’Eric Simard, Éditions Syros, 2011.
44 pages. 2,95 euros. Dès 9 ans.

 

L’Afrikaner de Gordon’s Bay

 

La mère d’Alice est éthologue. Son travail consiste à observer les comportements des espèces animales dans leur milieu naturel, puis à les comparer à ceux des humains afin de mieux les comprendre. Alors qu’elle devait rentrer en France pour Noël, elle est retenue en Afrique du Sud suite à l’attaque de son collègue scientifique par un grand requin blanc. C’est donc Alice et son père qui sautent dans le premier avion pour passer les fêtes en famille.
Une fois arrivée sur place, la jeune fille se retrouve mêlée un peu malgré elle à un vaste trafic d’animaux protégés… 

Caryl Férey propose une découverte de l’Afrique du sud à travers les yeux d’Alice, une héroïne qu’il met en scène pour la troisième fois après Alice au Maroc et La dernière danse des Maoris. Le roman aborde différents thèmes très actuels tels que la biodiversité, la protection des animaux ou encore le racisme qui perdure dans le pays malgré la fin de l’apartheid. Sans oublier les Townships, ces bidonvilles dans lesquels vit une population exclusivement noire et très pauvre. Mais au-delà des ces considérations sociales et écologiques le roman reste avant tout un récit d’aventure mené tambour battant. Alice est une ado ouverte sur le monde, intrépide et curieuse, ce qui lui vaut bien des soucis.

Au final, le lecteur ne pourra qu’apprécier ce texte à la fois instructif et divertissant.

L’Afrikaner de Gordon’s Bay, de Caryl Férey, Souris noire, Syros, 2010.
126 pages. 5,95 euros. A partir de 10 ans.

 

Mon p’tit vieux

Timothée, dit Tim, raconte la vie de son immeuble et de son quartier, les disputes des voisins, ses copains, Balt, Carlo et surtout «le Vieux  d’en face » qu’il rencontre régulièrement à la supérette. Le vieux, toujours en train de râler, de faire des remarques désobligeantes à l’une, à l’un… et toujours à acheter ses boîtes pour chat. Tim a bientôt 10 ans. Il fait des courses à la supérette, de quoi confectionner un gâteau, des œufs en chocolat, des biscuits, des boissons. Et là, une fois de plus, il rencontre le vieux, qui boîte et avec ses habits plein de trous. Ils échangent quelques mots sur l’anniversaire.
C’est mercredi, jour de l’anniversaire. Tim voit le vieux à sa fenêtre qui le regarde et lui fait un signe de main. Mais le lendemain, quelque chose de terrible arrive…
Jo Hoestlandt, avec les mots et le regard du jeune Tim, nous fait découvrir la vie dans une cité avec ses joies et ses peines, comment on peut vivre à côté d’une personne et tout ignorer d’elle. Elle nous parle aussi de la solitude et de la détresse de certaines personnes âgées. Un texte touchant qui sonne juste.
 Mon p’tit vieux, Jo Hoestlandt, Ill. Julia Wauters,
SYROS 2010, 42 pages. 2,95 €. Dès 8 ans.
                                                                                   

 

L’heure des chats

Elise espère que ses vacances d’été vont durer le plus longtemps possible car à la rentrée c’est la découverte du collège et du pensionnat. Elle n’est pas pressée de sortir de l’enfance et de devenir «  bizarre » comme tous ceux qui sont partis là-bas avec leur « mob », leur langage et leurs cigarettes qu’ils confectionnent à partir de plantes cueillies en cachette dans le jardin de la vieille aux chats.

Elise préfère jouer avec Basile, son amoureux de toujours. Un matin, ils décident d’aller au cimetière, espionner la vieille accusée par les habitants du village d’être une empoisonneuse. La rencontre entre la très vieille dame qui nourrit tous les chats des alentours et Elise va bouleverser la vie de la jeune fille.

Myriam Gallot aborde avec tendresse le délicat passage entre l’enfance et l’adolescence souvent déterminé par l’entrée au collège. L’auteur revient, à travers les yeux d’une Elise qui se sent grandir, sur les émotions de son enfance. Elle décrit avec réalisme l’ambiance d’un petit village (les rumeurs, les histoires de familles…) et les caractères des différents protagonistes (une mère râleuse, un père absent, une nounou bienveillante, une vieille dame isolée…) .

On s’attache à Elise qui découvre un monde d’adultes qu’elle n’appréhendait pas jusque là, où s’étiole son amour de jeunesse, où les personnes âgées sont parfois ignorées mais dans lequel elle apprend à se construire. Un beau moment de lecture à recommander aux jeunes lectrices.

 

L’heure des chats, de Myriam Gallot, Syros, 2010.
155 pages. 5,95 euros. A partir de 10 ans.

 

Collection Théâtre à jouer

Après le départ des derniers lecteurs et de la bibliothécaire, les rayonnages de la médiathèque s'agitent. Le Livre de Géographie a décidé de s'échapper de sa lettre G et de voyager pendant la nuit. Mais c'est sans compter sur le livre de la Police de l'Air et des Frontières, bien décidé à faire respecter l'ordre alphabétique. Heureusement, le livre de Géographie pourra compter sur l'aide du livre de Nouvelles et le Manuscrit.

Cette pièce en un acte de 35 pages permet de découvrir la théâtre de manière amusante et poétique. Le texte de Cathy Ytak est riche, fin (notions de liberté, solidarité) et donne envie en refermant le livre de monter la pièce.

 

Les aventures du Livre de Géographie qui voulait voyager avant de s'endormir de Cathy Ytak.
Mini Syros, 2010. 36 pages.

 

 

 

 

 

L'école est fermée. La maîtresse a disparu. Les élèves manifestent, ils veulent des devoirs, du soutien et même des punitions. Devant l'école, des banderoles s'affichent, des pancartes s'élèvent, des slogans sont scandés. On a jamais vu des élèves réclamant l'école. Seraient-ils tombés sur la tête ?

Avec humour et enthousiasme, Grégoire Kojcan délivre une vision positive de l'école. Les enfants s'amuseront à jouer les manifestants comme les adultes qu'ils voient à la télé. La pièce met en avant l'esprit collectif et chacun trouvera sans aucun doute un rôle à sa taille.

 

 

La manifestation de Grégoire Kocjan.
Mini Syros, 2010. 44 pages.
 


 

 

 

La nouvelle collection Mini Syros : Théâtre à jouer offre aux enseignants de cycle 3 ou aux animateurs la possibilité de faire découvrir le genre théâtrale avec des textes pouvant être joués par un grand nombre d'enfants (entre 15 et 30) sans oublier personne.

Les instructions de mise en scène permettent même à des débutants de jouer la pièce sans problème. Les différents rôles n'étant ni trop longs, ni trop intenses chacun peut s'investir dans le projet en fonction de ses envies.

Autre avantage non négligeable, le prix qui permet de fournir un texte à tous les enfants à moindre frais. 

Collection Mini Syros : Théâtre à jouer, édition Syros, 2010. 2,95 euros. A partir de 8 ans.

 

 

 

 

 


 

Collection Mini-Syros Moon : des histoires de futurs

L’enfaon, d’Éric Simard
 
Leïla est amoureuse. Mais l’élu de son cœur n’est pas un enfant comme les autres. C’est un HGM, un Humain Génétiquement Modifié. Lorsqu’il n’était encore qu’un embryon, les scientifiques qui l’ont conçu ont détecté en lui une maladie très rare, mortelle chez l’homme mais inoffensive chez les cerfs. Ils lui ont donc injectés des gènes de cerf. Il est ainsi devenu un mélange d’enfant et de faon que l’on a baptisé L’enfaon. Mais être un élève différent dans une école « normale », c’est loin d’être un cadeau…     
 
Robot mais pas trop, d’Éric Simard
 
Adam vit dans une maison entièrement robotisée : on déclenche la chasse d’eau en chantant, le lit se transforme en toboggan lorsque l’on crie « Tarzan » et un robot vous déshabille quand il est l’heure d’aller se coucher. Il y aussi Nestor, un serviteur androïde programmé pour répondre aux besoins des humains. Le problème, c’est que beaucoup d’appareils sont détraqués. Alors quand le directeur de l’école et sa femme s’invitent chez Adam pour prendre le thé, la situation devient vite incontrôlable !
 
Le Très Grand Vaisseau, d’Ange
 
Le TGV  (Très Grand Vaisseau) a quitté la Terre en quête d’un monde meilleur il y a plus de 800 ans avec à son bord, 3000 « passagers ». Guillaume y est né il y a dix ans. Et comme tous ses congénères, il connaît les consignes par cœur : ne jamais poser de questions sur l’Organisation qui dirige le vaisseau ; ne jamais ouvrir les portes rouges ; ne jamais accéder au niveau 0, celui des pilotes. Mais le jour de son anniversaire, Guillaume va devoir enfreindre ces trois consignes…
 
A la poursuite des Humutes, de Carina Rozenfeld
 
Certains humains deviennent sans raison des mutants dotés de superpouvoirs. On les reconnaît à la bosse qui s’est formée sur leur nuque. Les mutants sont pourchassés sans merci par les hommes « normaux » qui les enferment dans des prisons gigantesques dont personne ne ressort jamais. Le jeune Tommy a du mal à comprendre cette haine envers les mutants. Son incompréhension s’est peu à peu transformée en terreur depuis qu’il a senti pousser une légère excroissance à l’arrière de son cou.
 
 
Voila une nouvelle collection jeunesse idéal pour les « petits lecteurs ». Avec un texte de 40 pages que l’on va lire en vingt minutes maximum, pas le temps de se fatiguer ou de s’ennuyer (pour peu que le contenu nous intéresse, évidemment). De plus, les thèmes abordés interpellent, ils peuvent être source de questionnements et de débats (la génétique, la différence, les évolutions technologiques, l’état de la planète…). Enfin, le coût d’achat est riquiqui, ce qui n’est pas négligeable.
 
Collection Mini Syros Soon : des histoires de futurs, édition Syros, 2010.
40 pages. 2,95 euros. A partir de 9 ans.