OISE 1914-1918
Mémoire et Histoire

Portraits

BRIEST Maurice Ernest (1895-1917)
[Soldat] [Mort pour la France] [127e RI] [ARSY]

Né à Arsy le 10 novembre 1895, soldat au 127e Régiment d'Infanterie recruté à Péronne sous le matricule 238, inscrit au corps sous le matricule 11383, il est tué à 22 ans au plateau de Vauclerc à Oulches (Aisne) le 16 avril 1917. Il était titulaire de la médaille militaire et de la croix de guerre.
L'historique régimentaire du 127e RI, publié en 1920, raconte la journée du 16 avril 1917 au cours de laquelle Maurice Briest perdit la vie :
« OFFENSIVE DU 16 AVRIL 1917
Le 16 Avril, à 6 Heures, l'attaque d'infanterie est déclenchée. Le 1er Bataillon s'élance des tranchées et en quelques minutes, malgré les feux ennemis, atteint la tranchée Von Schmettau, première tranchée ennemie. La régiment de droite, gêné par les mitrailleuses (bois B. I.), progresse difficilement. Les difficultés de direction et de liaison sont rendues très difficiles à cause des énormes entonnoirs creusés par la préparation de notre artillerie. La gauche du 1er Bataillon, continuant sa progression, enlève la tranchée des Friches, puis la tranchée de l'Abri qu'elle dépasse de 200 mètres environ et pénètre dans la forêt de Vauclerc. La droite progresse plus difficilement par les boyaux, tout en continuant à assurer la liaison avec le Régiment de droite, toujours arrêté par les feux des mitrailleuses de la première tranchée allemande, dont les défenseurs, l'abri dans de profonds tunnels et dans de fores casemates, prennent le 127e Régiment d'Infanterie de flanc.
L'ennemi réagit énergiquement, son artillerie bombarde violemment le plateau et empêche la nôtre de s'y installer. Des fractions de nègres, de la Division de gauche, privées de leurs cadres blancs qui ont été tus, égarées dans la bataille, viennent se jeter dans nos lignes et formant sur le plateau de gros rassemblements très visibles, attirent, tout particulièrement sur le Régiment d'Infanterie, la réaction de l'artillerie. Les 1e et 2e Bataillons subissent de fortes pertes. Le 2e Bataillon, derrière le 1er , occupe la tranchée des Friches et s'y maintient malgré les tirs d'enfilade des mitrailleuses et le bombardement auquel est soumis tout le plateau.
Le 3e Bataillon occupe la tranchée Von Schmettau et établit la liaison avec le 2e Bataillon d'une part et le Régiment de droite.
En fin de journée, aucune progression n'ayant pu être réalisée malgré plusieurs tentatives du Régiment de droite, la gauche du 1er bataillon se replie dans la tranchée de l'Abri où elle est relevée par les éléments du 273e Régiment d'Infanterie chargée d'assurer la liaison de gauche.
Le 1e Bataillon, avec son Chef, le Commandant de Bouchony, par l'énergie et la vaillance qu'il a déployées en cette journée a mérité d'être cité à l'ordre de la Division. »

Jean-Yves Bonnard
CANOPE-CDDP de l’Oise, 2015