On appelle déchet tout résidu d'un processus de fabrication ou de transformation, d'une chaîne de consommation ou d'exploitation, dont le détenteur n'a pas d'usage et qu'il voue à l'abandon.
Suivant les cas, on distingue les déchets en fonction de leur origine : déchets ménagers ou déchets industriels ou en fonction de leur nature (dangereux, non dangereux,inertes...). Les déchets sont répertoriés dans une "nomenclature", qui figure à l'annexe II du décret du 18 avril 2002 relatif à la classification des déchets (article L 541-1 du Code de l'environnement. Décret n° 2002-540 du 18 avril 2002 relatif à la classification des déchets, J.O. du 20 avril 2002).
D'un point de vue historique, dans chaque civilisation sont produits des détritus spécifiques en fonction des structures de production et des modes de consommation. La nature et la quantité des déchets sont donc variables, tout comme la nuisance qu'ils peuvent représenter pour les hommes et leur milieu : risque de pourrissement, problèmes sanitaires, impact sur le paysage. À toute époque, il a donc fallu trouver des solutions de gestion des déchets qui, lorsqu'ils parviennent jusqu'à notre époque et sont mis à jour, constituent de précieux témoignages sur la vie matérielle, voire les représentations des hommes qui les ont produits.
Avec le début de l'ère industrielle, tous les secteurs d'activité ont produit au quotidien diverses substances souvent toxiques et des résidus de tous ordres impropres à la consommation. Depuis la seconde moitié du XXe siècle, avec le développement des activités industrielles et commerciales et de la consommation, la masse de déchets n'a cessé d'augmenter, surtout dans les pays industrialisés. S'ajoute à cela, dans les différents secteurs d'activité, un accroissement constant et important de leur dangerosité.
Les déchets apparaissent donc dans un premier temps comme une nuisance pour l'environnement à l'origine de risques sanitaires et il importe de réduire leur nocivité en terme de pollution environnementale. Il existe plusieurs sortes de traitements des déchets mis en place à différents niveaux, de l'action individuelle plus ou moins encadrée par les pouvoirs publics (collectivités territoriales, États) jusqu'aux politiques de grande ampleur menées aux niveaux national et supranational.
On ne peut pour autant se limiter à considérer les déchets comme un problème auquel il convient de trouver des solutions. Ainsi, le traitement des déchets, en réduisant la pollution, agit directement sur la protection de l'environnement. Il s'agit en soi d'un secteur d'activité de pointe, dynamique, qui non seulement est producteur de croissance, mais s'inscrit dans le cadre du développement durable. Tri, recyclage, récupération,etc., valorisent les déchets et promeuvent des « écoproduits », stimulant une « écoconsommation » qui orientent tout un pan de l'activité économique et de la société vers un développement durable.
Accès au corpus scientifique développé par le CRDP de l'académie d'Amiens

logo_sceren_or

On appelle déchet tout résidu d'un processus de fabrication ou de transformation, d'une chaîne de consommation ou d'exploitation, dont le détenteur n'a pas d'usage et qu'il voue à l'abandon.

Suivant les cas, on distingue les déchets en fonction de leur origine : déchets ménagers ou déchets industriels ou en fonction de leur nature (dangereux, non dangereux,inertes...). Les déchets sont répertoriés dans une "nomenclature", qui figure à l'annexe II du décret du 18 avril 2002 relatif à la classification des déchets (article L 541-1 du Code de l'environnement. Décret n° 2002-540 du 18 avril 2002 relatif à la classification des déchets, J.O. du 20 avril 2002).

Lire la suite...

nuages_or

L'Homme a dû longtemps se contenter d'étudier l'atmosphère là où il vivait. Progressivement il améliora ses connaissances en transportant des instruments de mesures au sommet des montagnes, puis dans des ballons.

De grands progrès furent réalisés dès la fin du XIXesiècle grâce à des ballons sondes dont le premier fut lancé par les Français Hermitte et Besançon. En 1899, ce procédé d'investigation perfectionné par le météorologiste Teisserenc de Bort à l'observatoire de Trappes, permit la découverte de la stratosphère. Depuis 1927, les radiosondes, mises au point par Bureau et Tobrac, permirent de se libérer de la récupération du matériel. Les données ainsi recueillies par tous les services météorologiques fournissent une connaissance approfondie de l'atmosphère jusque vers 40 km. Ensuite, il est fait appel à des fusées météorologiques. Le soleil et l'atmosphère qui constituent l'enveloppe gazeuse de la Terre, contribuent aux échanges thermiques à l'origine des climats. La « couche » d'ozone stratosphérique protège des ultraviolets et l'effet de serre maintient une température compatible avec la vie. L'atmosphère est également un réservoir pour la plupart des éléments chimiques nécessaires aux êtres vivants.

Accès au corpus scientifique développé par le CRDP de l'académie d'Amiens.

Visioconférence internationale 1 avril 2008

prut_danube_or

200 jeunes d'Europe et d'Afrique se sont rencontrés par visioconférences lors de la journée « Biodiversités, gestion des eaux et enjeux de développement »  organisée le 1er avril au CRDP de l'académie d'Amiens.

Depuis Amiens, Rabat (Maroc), Yaoundé (Cameroun), et Chisinau (République de Moldavie), sous la conduite d'enseignants, d'animateurs scientifiques ou de chercheurs, ils ont présenté leurs travaux de recherches en s'appuyant sur les spécificités de leur milieu local. Ils ont pu entamer un dialogue et prendre conscience des différences mais aussi des similitudes entre des régions éloignées.