Vous avez dit anthropocène  ?

Développement durable  ?... La notion est devenue si familière que chacun pense la maîtriser. On la retrouve dans les discours des politiques, dans la stratégie de communication des entreprises, dans nos préoccupations quotidiennes, dans de nombreux programmes scolaires... Et c'est, bien sûr, une très bonne chose. Mais la difficulté à laquelle chacun d'entre nous est confronté de façon de plus en plus aiguë est de trouver le moyen de réactiver et d'entretenir la curiosité et l’intérêt pour l'étude de cette notion. Comment créer l'envie et l’appétence pour l'EDD à une époque où les inquiétudes liées aux conséquences de la crise de 2008 semblent prendre le dessus sur celles liées à la crise climatique, où la majorité des médias cherchent systématiquement à dramatiser sans analyser, où le sentiment d'impuissance a donc de plus en plus tendance à l'emporter sur l'envie d'agir, et où le public a l'impression d'être saturé face à la notion  ?

La réponse peut-elle tenir dans un mot  : anthropocène  ? C'est une piste sérieuse à explorer  : le concept n'est pas récent mais sa réactualisation dans les années 2000 rencontre un tel succès qu'il est intéressant de s'interroger.  Le terme a été popularisé par Paul Crutzen (prix Nobel de chimie en 1995) - son autobiographie en anglais sur le site des Prix Nobel - , il le propose pour désigner une nouvelle époque géologique qui aurait débuté à la fin du XVIIIe siècle, c'est à dire au moment de la Révolution industrielle. Derrière ce nom, on retrouve tous les grands enjeux de notre temps.

L'étymologie en est relativement simple  : «  anthropos  » c'est l'être humain et «  kainos  » signifie récent ou nouveau. L'anthropocène c'est donc la «  nouvelle période des humains  ». L'humain serait donc comparable, en énergie et en universalité, aux plus grandes forces de la Terre. Ou, pour le dire autrement, parmi les influences que subit le système terrestre (et en particulier l'écosphère) il y en a une qui deviendrait prédominante  : celle de l'Homme. On voit bien, donc, comment derrière ce terme se retrouvent tous les grands enjeux de l'EDD. L'activité humaine affecterait suffisamment la Terre pour qu'on puisse dire qu'elle traverse un nouvel âge  ? Il ne nous revient pas de trancher la question, mais en revanche se la poser et y réfléchir avec nos élèves permet de renouveler les problématiques liées à l'EDD. En effet, se pencher sur l'idée de ce nouvel âge, sur l'affirmation que l'humanité causerait des impacts aux milieux planétaires d'une profondeur telle qu'il faudrait ajouter une nouvelle époque à l'échelle des temps géologique qui succéderait à l'Holocène , c'est réfléchir au fait que l'Homme est face à des choix qui engagent la soutenabilité du développement.
Pour les partisans de cette nouvelle subdivision (ce qui ferait trois époques pour le Quaternaire avec le Pléistocène et l'Holocène), la Terre de ce nouvel âge est une Terre qui se réchauffe, une Terre de surconsommation de quelques uns, une Terre qui se toxifie, qui est déforestée... Selon eux, les conditions favorables de l'Holocène (climats tempérés, humains sur tous les continents qui domestiquent la Terre à des fins alimentaires) qui ont favorisé le développement des civilisations seraient menacées par l'Homme (et toutes ses activités) depuis le début de la révolution industrielle, ce qui bouleverserait l'écosphère terrestre avec une ampleur sans précédent.
Pour vous aider dans vos réflexions sur ces problématiques, vous trouverez réunis ici des contenus scientifiques, des conférences, des entretiens, des documents,des analyses... qui seront régulièrement actualisés

g boeuf pds 2013Professeur au collège de France, Gilles Boeuf, biologiste, directeur du muséum d’histoire naturelle commence par rappeler comment ce mot a été inventé par le chimiste Paul Crutzen : cette nouvelle ère non  officielle, c’est celle où l’homme détermine l’ évolution de la planète ; avant (le néolithique ? l’invention de la machine à vapeur vers 1800 ? la modernité depuis 1950 ?), la nature évoluait par des facteurs non-humains.

Car l’enjeu est là : restaurer des relations saines entre la planète et l’humain pour ne pas y vivre dans un trop grand mal-être. Par rapport à ces bouleversements (pas tous négatifs) le scientifique ne doit pas être un catastrophiste ni un donneur de leçons mais un donneur d’alarmes optimistes : on voit actuellement des écosystèmes se remettre à fonctionner. Mais il faut  s’adapter : moins d'arrogance, un accord avec la nature, le respect de l’autre, le partage. De même, il faut « exploiter » les ressources proches et manger local au lieu de faire venir en hiver les cerises depuis des milliers de  kilomètres. Des «valeurs » à base de bon sens à faire partager par les jeunes, avec le risque d’être contrarié par le fascination du virtuel. Voir l'interview video

Sites internet dédiés

welcome to anthropocene site web

Bienvenue à l'anthropocène est un site (en langue anglaise) qui vise à améliorer notre compréhension collective du système terrestre. Le site vise à sensibiliser, éduquer et mobiliser les populations sur l'impact de l'humanité sur la Terre . Sa combinaison unique de données scientifiques de haut niveau et des images marquantes  aidera les gens à visualiser et mieux comprendre l'empreinte géographique de l'humanité de nos jours .

Le site est un projet de collaboration entre les chercheurs et communicants  des principaux instituts de recherche scientifique sur la durabilité mondiale .

Le Programme international géosphère-biosphère (IGBP) coordonne la recherche internationale sur les interactions à l'échelle mondiale et à l'échelle régionale entre les processus biologiques, chimiques et physiques de la Terre et leurs interactions avec les systèmes humains.

Les videos ci dessous sont issues du site internet Welcome to the Anthropocene et en langue anglaise

welcome to anthropocene eau planete urbanisation anthropcene change climate

 Welcome to the Anthropocene
A 3-minute journey through the last 250 years from the start of the Industrial Revolution to today. This film opened the UN's Rio+20 summit, the largest event in the UN's history.
Bienvenue dans le monde anthropocène
Un parcours de trois minutes retraçant les 250 dernières années allant du début de la révolution industrielle jusqu'à nos jours. Ce court métrage ouvrit le Rio+20,  le  sommet des Nations Unies le plus important de son histoire.

Water in the Anthropocene
Humans are altering the global water cycle through damming, agriculture and carbon emissions. This 3-minute film charts the scale of change.
L'eau dans le monde anthropocène
Constructions de barrages, agriculture, émissions carbone...l'activité humaine a des conséquences sur le cycle général de l'eau. Ce petit film de 3 minutes présente l'échelle du changement.
 An Urbanizing Planet
Over half the human population now live in cities, and they are growing rapidly. In 3 minutes, actor Edward Norton explores life on an urbanized planet. Produced for the UN Convention on Biological Diversity.
L'urbanisation de la planète
Plus de la moitié de la population humaine vit aujourd'hui dans les villes. Ces dernières connaissent une forte croissance. Dans ce film produit pour la convention des Nations Unies sur la biodiversité, l'acteur Edward Norton explore la vie urbaine de notre planète.
 Climate Change
Climate change is a profound consequence of humanity's impact.
This 4-minute data visualization takes a tour of the key findings from the Intergovernmental Panel on Climate Change's 2013 report.
Le changement climatique
L'homme a une influence conséquente sur le changement climatique. Ce film de 4 minutes nous présente les points clé du rapport publié en 2013 par le panel intergouvernemental du changement climatique.

Welcome to the Laboratory for Anthropogenic Landscape Ecology

Laboratory for Anthropogenic Landscape Ecology

Le Laboratoire d'écologie du paysage anthropique est un groupe de recherche interdisciplinaire basé à l'Université du Maryland (USA) qui étudie l'écologie et la gestion durable des paysages humains à l'échelle mondiale, régionale et locale.

http://ecotope.org/

Ressources en ligne