L’établissement en démarche de développement durable une construction collective
Partie 2 - 2.3 - page 189

Javotte BARET, Carole GROSJEAN, Cécile HUMEAU, Denis MICHEL

Enseignants

LPO Edouard Herriot, Voiron

Comment accompagner personnellement un élève ?
Les élèves arrivant au lycée ont souvent des difficultés à clarifier ce qui est attendu d’eux en classe, au moment des séances d’apprentissage qui rythment les semaines comme au moment des travaux notés qui ponctuent les trimestres. Une certaine quantité de travail est fournie de la part de l’élève, mais ses efforts sont parfois mal ajustés. Un malentendu peut donc s’installer entre l’adolescent et son professeur, ce qui peut perturber l’apprentissage.
L’accompagnement personnalisé proposé aux élèves prend alors du sens, en offrant chaque semaine des ateliers qui assurent un équilibre entre méthodologie et investissement dans un projet. Ainsi, au cours des deux heures hebdomadaires effectuées en demi-groupe, chaque élève a pu, en autonomie ou en équipe, faire le point sur les compétences nécessaires pour aborder les différents champs disciplinaires du lycée. Dans cette optique, il a eu la possibilité de choisir des ateliers de soutien ou d’approfondissement. Ayant alors plus de recul par rapport aux activités scolaires, il a été aussi en mesure de réfléchir à son orientation.

Afin d’opérationnaliser ces compétences, une problématique EDD à l’échelle de la planète a été soumise à l’ensemble du groupe. Le projet a fait appel à des intervenants extérieurs, des scientifiques et un artiste. Chaque adolescent a eu la possibilité de s’impliquer en choisissant une approche, sensible, historique, géographique, littéraire, expérimentale ou mathématique. Au travers de ces quelques heures, nous avons voulu que chaque élève se sente pleinement concerné par l’enseignement qu’il reçoit en étant capable de connaître ses faiblesses et ses points forts, de trouver sa démarche personnelle pour progresser dans un parcours réunissant plusieurs disciplines. Nous travaillons sur la phénologie qui, définie comme l’étude des « variations annuelles des événements périodiques de la vie végétale et animale » basée sur des « enregistrements sur un même lieu et une longue période », nous permet d’aborder des thèmes très variés que nous faisons évoluer tous les ans : biodiversité (2010-2011), changements climatiques (2011-2012), enjeux énergétiques (2012-2013) En s’inspirant de cette définition, l’étudiant, s’il a choisi l’approche sensible par exemple, va comme l’a conçu Francis Helgorsky, photographe partenaire du projet, « s’approprier un végétal et le photographier périodiquement. À chaque prise de vue de « son » végétal, il ajoutera deux photographies des « variations périodiques » de son monde et du monde en général. Imaginer comme le disait Alfred Stieglitz, photographe, que « le monde est contenu dans un brin d’herbe », ici dans chaque végétal choisi par l’étudiant qui, sans s’en éloigner, peut alors nous parler de son monde et du monde, le tout étant intimement lié. ».

Quel est l’intérêt d’une démarche EDD en AP ?
L’EDD en AP nous est rapidement apparu comme une évidence. En traitant le plus souvent de Questions Socialement Vives (QSV) abordées dans leur complexité grâce au croisement des regards et points de vue rendus possible par une approche interdisciplinaire et les partenariats avec des acteurs très divers (insertion document 5), l’EDD en AP permet aux élèves de s’ouvrir sur l’extérieur, de se positionner par rapport aux QSV, de débattre, choisir, agir mais aussi de donner du sens aux enseignements et une cohérence à leur journée de cours qu’ils perçoivent bien souvent comme une succession de matières déconnectées. C’est un temps où l’élève peut encore plus aisément hésiter, revenir en arrière, modifier sa pensée, son raisonnement… L’EDD en AP nous offre en tant qu’enseignant un espace de liberté et un moyen de faciliter la mise en œuvre de l’AP en évitant par exemple les redondances possibles dès lors que plusieurs enseignants interviennent devant les mêmes jeunes mais aussi le piège qui consisterait à oublier la spécificité de sa discipline en n’étant qu’un accompagnateur (cf. le document suivant sur l’identification des apports par acteur). En outre, les partenariats noués et la communication autour du projet bénéficient à l’établissement et peuvent contribuer à l’obtention d’aides logistiques ou financières.