L’établissement en démarche de développement durable une construction collective
Partie 3

Gilles BULABOIS

IA-IPR d’Histoire-Géographie, coordonnateur académique EDD académie de Besançon

1 - De la réflexion à l’expérimentation

C’est au sein du groupe technique EDD, interne à l’Education Nationale (membres des corps d’inspections, chefs d’établissement, chefs des travaux, gestionnaires, professeurs des premiers et second degré) qu’a été engagée la réflexion sur les conditions d’une labellisation E3D des écoles et des EPLE au cours de l’année 2008-2009. Cette réflexion a abouti au début de l’année 2009-2010 à la rédaction de deux chartes de labellisation, premier et second degré (voir annexes). Pour obtenir le label « E3D », une école, un EPLE doit remplir au moins 10 des 16 conditions citées et au moins 3 conditions par domaine. Cette labellisation attribuée pour trois ans est ensuite reconductible après évaluation par le Comité de Pilotage Académique EDD ou ses représentants.

Les chartes de labellisation du premier et du second degré ont été expérimentées au printemps 2010 dans 4 collèges (1 par département) et 4 écoles primaires situées dans la zone de recrutement des collèges, et choisis par le Groupe Technique EDD.

 

2 - La généralisation de la démarche

En 2010-2011 : première phase de généralisation.
La proposition a été faite au Recteur et au comité de pilotage académique de généraliser la démarche en la limitant aux écoles et aux collèges volontaires, pour des raisons de faisabilité et en appliquant la politique des petits pas. Il ne semblait pas opportun d’inclure les lycées et lycées professionnels déjà fortement mobilisés par la mise en œuvre de la réforme des lycées.

Un courrier a été adressé à l’ensemble des principaux et des directeurs (via les IA-DSDEN et les IEN de circonscription) de l’académie pour proposer une phase d’autodiagnostic réalisée à partir de la charte, avant de demander la labellisation E3D.

Six collèges et quatre écoles ont fait acte de candidature. En mai et juin 2011, les visites des écoles et collèges ont été conduites par des membres du GT EDD sur la base d’une demi ou d’une journée de visite selon un protocole préétabli :

  • Rencontre avec l’équipe de direction et étude du projet d’établissement et des autres documents mis à disposition par le chef d’établissement.
  • Visite des points forts de l’établissement (aménagements extérieurs, compostage, tri sélectif, etc.)
  • Rencontre avec tous les acteurs de l’établissement impliqués dans les actions (en premier lieu la/les personnes ressources EDD), dans les projets EDD, y compris les élèves.
  • Rencontre avec les partenaires impliqués dans les projets et actions EDD et avec les élus locaux.
  • Observation le cas échéant d’une séance EDD de préférence en approche croisée ou co-disciplinaire.
  • Bilan oral par les équipes d’auditeurs à partir des critères de la charte.

A l’issue des visites, les rapports écrits détaillés ont permis de proposer la labellisation de 5 collèges et 2 écoles. Qu’ils soient labellisées on non, écoles et collège reçoivent un compte-rendu de visite s’achevant par un tableau synthétique évaluant leur structure et leur fonctionnement au regard des seize items de la charte et proposant ou non la labellisation « E3D » et des pistes de réflexion et d’amélioration. Le document transmis au Recteur dans le bilan de fin d’année conduit à l’attribution effective du label.

Les trois écoles et les huit collèges labellisés en 2009-2010 et 2010-2011 ont été conviés à une cérémonie de remise des labels, présidée par le Recteur, le 29 juin 2011 dans un des collèges labellisés. Au cours de cette cérémonie, les écoles et établissements ont pu présenter à la presse et aux partenaires, une affiche, un poster ou une production numérique montrant l’aspect spécifique de leur démarche E3D. Un diplôme « E3D » a été remis à chaque école ou collège et co-signé par le Recteur et le principal ou le directeur.

En 2011-2012 : seconde phase de généralisation

La même démarche a été étendue aux lycées et lycées professionnels.

 

3 - L’accompagnement

La labellisation E3D et son état d’avancement sont présentés chaque année au séminaire académique des personnes-ressource EDD et abordées dans certaines formations EDD du PAF.

Les premiers collèges, les premières écoles labellisés notamment en 2009-2010 et 2010-2011 étaient souvent des établissements déjà bien engagés dans l’éducation au développement durable et pour certains déjà titulaires d’un label éco-école. L’année 2011-2012 a révélé les difficultés de certains établissements à formuler leur candidature.

Pour atteindre nos priorités fixées à l’horizon 2015 (20% des EPLE ayant demandé la labellisation E3D, 10 % des établissements labellisés, au moins une école par circonscription en E3D dans le premier degré), il est nécessaire de proposer un accompagnement aux établissements.

La charte adressée à toutes les écoles et à tous les établissements permet aux collèges et lycées de demander un stage établissement « E3D », à la suite de l’autodiagnostic montrant des points de faiblesse ; une formule reste à trouver pour les écoles. Ce stage animé par les deux chargés de mission EDD de l’académie (un professeur de SVT, un professeur d’Histoire-Géographie) est proposé à un public inter catégoriel (équipe de direction, gestionnaire, professeurs, agents techniques, éventuellement partenaires). Il s’agit de définir avec l’établissement des marges de progression pour faciliter la candidature à la labellisation E3D. Trois collèges ont demandé cette formation en 2011-2012, formation reconduite pour 2012-2013.

 

En conclusion

Point fort de la démarche :

  • Une charte de labellisation reconnue et opérationnelle.
  • Des visites sur le terrain permettant de mesurer objectivement et sur des faits, la synergie entre pilotage, actions éducatives et gestion durable ; seul moyen d’aller au-delà du déclaratif.
  • Des stages établissements


Limites

  • Le temps consacré aux visites.
  • La difficulté à répondre à un trop grand nombre de candidatures compte tenu des forces vives disponibles au sein du GT EDD.
  • Le nombre de stage établissement nécessairement limité.