Le lycée Victor Hugo de Managua au Nicaragua

victorhugo-nicaragua

A Managua comme dans l’ensemble du Nicaragua, le risque sismique est prégnant, celui de tsunami fortement pris en compte, quand des volcans sans doute éteints pour plus de 15 ans le sont beaucoup moins.

Le séisme qui détruisit la capitale 1972 a entraîné une aide internationale pour appareiller le pays (matériel sous-utilisé faute de budget suffisant) mais il marque le début de l’émergence difficile d’une culture du risque au sein de la population. L’état nicaraguayen met en place une politique de prévention, relayé par l’ambassade France pour le communauté française avec un lieu de ralliement : le lycée V. Hugo sis à Managua.

Celui-ci fait face à cet aléa avec procédures (PPMS, exercices d’évacuation, alertes,...), illustrations locales des programmes scolaires (sorties SVT autour des sites volcaniques, cours ), exercice de communication avec les services de l’ambassade etc… . C’est là que naissent la conscience et la culture du risque partagées : chez les élèves.
Une vidéo du pôle EDD du CNDP (avec d'autres pour l'Amérique du Sud) géré par le CRDP de l'Académie d'Amiens dans le cadre de sa série.

Voir aussi

23 septembre 1972: tremblement de terre dévastateur au Nicaragua

14 avril 2014: un tremblement de terre secoue le Nicaragua