Depuis le 5 novembre 2001, la journée du 6 novembre est célébrée comme la journée internationale pour la prévention de l'exploitation de l'environnement en temps de guerre et de conflit armé.

Depuis toujours, on comptabilise les pertes humaines et les pertes matérielles à la suite des conflits armés, mais l'environnement n'est que très rarement pris en compte dans les bilans. Pire, pour prendre un avantage stratégique, il arrive que l'eau soit polluée, des récoltes brûlées, des forêts rasées, des animaux décimés...

Selon le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'environnement), au cours des soixante dernières années, l'exploitation des ressources naturelles est à l'origine de 40% de tous les conflits internes. En outre, les conflits qui impliquent des ressources naturelles ont deux fois plus de chances de se reproduire.

Et donc l'ONU considère que l'environnement doit faire partie des stratégies de prévention des conflits, du maintien et de la consolidation de la paix. Il ne peut y avoir de paix durable si les ressources naturelles et les écosystèmes dont dépendent les populations sont détruits.

Les dernières actualités