Une étude à paraître de l'université d'Oxford et de l'Institut royal météorologique des pays-Bas penche dans ce sens : enregistrer trois jours consécutifs de pluies intenses sur le bassin de la seine est beaucoup plus probable en 2016 qu'en 1960 à cause du réchauffement global...

Lire un compte rendu en anglais de cette étude.

Les dernières actualités