Attention, les liens sont valides à la date du 1/3/2010 ; certaines publications réservent leurs archives à leurs abonnés.

Les faits :

Dans la nuit du samedi ou dimanche 28/02/2010 des vents pouvant atteindre 150 km/heure ont balayé l'ouest de la France. Le bilan provisoire (lundi 1/3/2010) fait état de 47 morts. Elle a également provoqué de très importants dégâts matériels en balayant le pays d'ouest en est, ses vents violents se combinant à de fortes marées.

« Sur tout le littoral, c'est un spectacle de désolation. En particulier sur le front de la baie d'Aytré, à Châtellaillon, Fouras, l'île d'Oléron, La Rochelle et sur l'île de Ré, coupée du monde hier tout comme l'île d'Aix. A la pointe de Ré, à Saint-Clément-des-Baleines, une digue a même cédé. » Lire la suite sur le site de La Charente libre, ici

« C'est une mer furieuse qui a rompu une digue dans le secteur d'Esnandes et submergé toutes les autres. Entre littoral et village, les eaux gonflées ont parcouru des centaines de mètres de prairie avant de se casser sur les maisons des rues de la Marina et du 14-Juillet. D'une force inouïe, le courant a démoli les murs des propriétés et envahi les maisons, abattant des cloisons comme un château de cartes, déplaçant de lourdes tables ou des machines à laver tels des fétus de paille. » Lire la suite ici : Sudouest

La Vendée est le département le plus touché. La rupture de digues sur la façade atlantique a provoqué des noyades dans des habitations sans étage se trouvant à proximité. Plus d'informations et des vidéos sur le site de Europe1

Le télézapping sur Lemonde.fr

Localisation :

Vous trouverez également sur ce site une carte Google :

Prévention :

Voir le reportage de François Coulon. « A La-Faute-sur-Mer, une ville balayée par la tempête qui a fait plusieurs victimes, le lotissement a été construit en zone inondable et les digues étaient en cours de rénovation. La colère monte... » ici

« Le Conseil général de Charente-Maritime consacre chaque année 1,8 million d'euros à la défense de ses 420 km de côtes. En décembre, il annonçait pour 2011 « un vaste programme de réhabilitation » des 11 kilomètres de digues maçonnées de l'île de Ré, doté de moyens accrus. Sans doute les événements l'obligeront-ils à anticiper le calendrier. À raison d'une « tempête du siècle » par décennie, Ré la blanche va finir par sombrer... » Lire la suite sur le site de SudOuest ici

« Dans le lotissement L'Ostrea, le secteur le plus touché de La Faute-sur-Mer, situé en contrebas d'une dune, les pompiers n'ont cessé leurs va-et-vient toute la journée, suivis par les pompes funèbres. Ce lotissement a été construit il y a une quinzaine d'années, avec un système de petites écluses qui permettent « normalement » l'évacuation de l'eau, comme l'explique René Marratier, le maire. » toujours pour sudouest

Surtout, les habitants de Labarde sont exaspérés du sommeil de l'administration. Première élue en tête, Liliane Monnereau : « La digue de Dauzac a lâché dans la journée, faute d'entretien. Quant à celle du port d'Issan-Cantenac, nous la demandons depuis 1999, après l'inondation ! L'autorisation de travaux a toujours été refusée par l'État. » Lire la suite ici. Toujours dans le même article : « Mais... si on fait une digue qui nous protège nous, l'eau ira plus loin. Elle risque d'inonder Bordeaux, ce qui est un tout petit peu plus gênant ! » Et parmi les habitants des deux lotissements inondés, entre deux évacuations des biens de valeur, on entendait évoquer l'éventualité d'une autre incurie. Une mutation du foncier de zone inondable en zone constructible. »

« Tout département dispose de plans contre les catastrophes naturelles. Un département littoral comme la Vendée est particulièrement vigilant aux dangers tels que l'effondrement d'une aire, les inondations et la submersion. » Lire la suite de cet article du monde ici.

Le site de Météo France propose des cartes régulièrement actualisées pour informer les populations, voir ici.

Vigilence_meteo Vigilance_crues

SIG : « Le citoyen a droit à l'information sur les risques majeurs (article L125-2 du code de l'environnement). Dans le même temps, cette information lui est difficile à trouver.
Le ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables a décidé la mise en ligne des cartes des risques sur internet. Il s'agit de publier sur l'internet l'ensemble des cartes sur les risques naturels et technologiques majeurs (y compris les PPR), à destination des habitants mais aussi de l'ensemble des professions concernées : assureurs, notaires, aménageurs... Pour cela, il souhaite fournir aux préfectures, et plus généralement à tous les services déconcentrés de l'Etat, un service pour la mise sur l'internet de l'information préventive sur les risques majeurs. L'action s'appelle Cartorisque. »

Par exemple pour la Charente maritime, c'est ici.

cartorisque

Les dernières actualités