Dans le contexte de l'ouverture de l'année internationale de la biodiversité, la Commission européenne a publié en janvier 2010 une communication présentant les scénarios possibles pour l'avenir de la politique en matière de biodiversité. Le bilan que l'on peut faire actuellement est assez négatif : les extinctions d'espèces se poursuivent à un rythme inquiétant. Il faut donc changer de stratégie et se donner de nouveaux objectifs pour l'après 2010.

 

Pour définir le contexte (nature du problème), la communication insiste sur la gravité de la menace sur la biodiversité mondiale : « le rythme d'extinction des espèces étant entre cent et mille fois plus important que la normale. Plus d'un tiers des espèces évaluées sont menacées d'extinction et on estime que 60 % des services écosystémiques ont été dégradés au cours des cinquante dernières années. Les activités humaines sont à l'origine de cette situation, en raison des changements de l'affectation des sols, de la surexploitation des ressources, des pratiques non durables, de la pollution et de l'introduction d'espèces envahissantes, qui entraînent la destruction, la dégradation et la fragmentation des habitats ainsi que la disparition des espèces qu'ils abritent. Le changement climatique joue également un rôle dans ce phénomène. […] Les conséquences de la perte de biodiversité vont de microévolutions à l'effondrement d'écosystèmes entiers et la disparition des services qui y sont associés... »

 

Pour en savoir plus et pour télécharger le pdf.

Les dernières actualités