ateliers d’écriture et oeuvres complètes. (...)

éléments de poésie visuelle..votre lien avec (...)

garnier, lengellé, novalis, picasso

« spatialisme » ? sur la Toile voyez également

maintenant et prochainement sur le site...

à propos ! sur la toile voyez également (...)

 

« spatialisme » ? sur la Toile voyez également "Pourquoi le spatialisme ?"

"et celle-là tu la connais ?"


--
mais d’où viennent les mots ? (Ma belle-mère me disait au téléphone : " Tu sais les bébés il faut leur parler, ils comprennent tout ce qu’on leur dit.") D’où viennent les mots ? De celle qui parle...

d’un côté :

On demande à la mère d’un nouveau-né : " comment s’appelle-t-il ?" Et elle répond : "je ne sais pas, il ne parle pas encore."

de l’autre :

le "spatialisme", le "poème spatialiste", une sorte d’association libre par essence mystérieuse, codée, qui est portée sur la place publique, à visée esthétique. Pierre Garnier en écrit plein en allant et puis ne garde que certaines et jette les autres. Il garde "celles qui semblent poétiques" "qui fonctionnent"...(qui vont les unes avec les autres et qui forment une oeuvre ?)

Remarque de Francis Edeline dans son livre intitulé "Pierre et Ilse Garnier" (Yellow now 1981) page 62 : "On pourrait s’insurger contre une technique qui ne chasse les mots du texte que pour les faire refluer dans le titre."

Et la mère qui demande : "Mais où est-ce que tu vas chercher tout ça ?"

<

"un jeune poète fainéant, du nom de Denis Pommier, garçon d’ailleurs enthousiaste et gai, bien que chimérique, qui faisait le désespoir des siens, ce qui est l’ordinaire occupation de jeunesse des poètes, des artistes, et même des génies, lorsque leur valeur est longue à se manifester. Ce garçon signait de loin en loin dans des revues éphémères des poèmes très étranges, dont la disposition typographique, des plus fantaisiste, faisait le meilleur de l’agrément. il ne s’en défendait pas, disait écrire pour les yeux, et rêvait de fonder l’école suggestionniste." Clochemerle page 292