La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

18. Warsy (Somme), février 1917
 
 

Un jour, nous travaillons avec les fantassins quand un capitaine d'artillerie vient à passer. « On aime connaître ses voisins, dit-il. Quel est votre régiment ? Quelle batterie ? Quel genre de pièces ? » Puis il s'éloigne. « C'est un espion débarqué par les boches, dit le sergent; je vais l'arrêter ». Et il court après le capitaine pour le rattraper. L'incident n'a pas de suite d'ailleurs : le capitaine est un vrai capitaine.

Pourquoi voyons-nous ainsi partout des espions ? C'est que les causes naturelles nous semblent insuffisantes à expliquer les faits. Nous étions bien préparés. Rien n'a réussi. Donc, nous sommes trahis. Quant-à rechercher la vraie vérité, il ne faut pas y compter : nous étions mal préparés. Les plans d'attaque étaient idiots. C'est pour cela que rien n'a réussi.




_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.