La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

22. Beaumont-en-Beine (Aisne), le 6 juin 1917
 
 

L'école recommence à fonctionner sous la direction d'un instituteur territorial. « Cela vaut mieux que de faire de la terrasse dit celui-ci, un instituteur de la Vienne, d'une très vieille classe. Mais ce n'est pas rose. Tous ces enfants là ne savent presque plus rien. Ils se rappellent un peu la lecture, mais c'est tout. Et puis, j'ai eu bien du mal à avoir le matériel voulu. On a retrouvé des tables un peu partout et pour le reste les habitants ont fait ce qu'ils pouvaient. Le préfet m'a envoyé des livres et des fournitures scolaires mais pas celles qu'il aurait fallu. Cela ne va pas très bien.

 Il n' y avait pas d'école du temps des Boches ?

 Au début, ils ont essayé d'en organiser une, mais personne n'était capable de tenir le poste. La place a été confiée à une femme quelconque qui n'a pas réussi dans son oeuvre et l'idée a été abandonnée. L'école a alors servi de cantonnement. Voyez les insanités que les Boches ont écrites ou dessinées sur les murs. Je cache les plus dégoûtantes avec ma toile de tente. »




_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.