La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

28. Bois l'Abbé, près de Cachy (Somme), le 7 mai 1918
 
 

Le lendemain je relève à l'observatoire un camarade de la 5e batterie.

« Veux-tu boire un coup ? Me dit-il après m'avoir expliqué le service. C'est du vin de Villers-Bretonneux et du bon. Toutes les caves de la ville ont été visitées. Tout le vin a été emporté. Et bien des gens se sont enivrés sur place. Beaucoup ont bravé les obus pour rapporter un litre de vin. Et parmi ces braves d'un nouveau genre on peut noter deux catégories : ceux qui ont bu sur place comme des brutes et ceux qui ont conservé leur maîtrise sur eux-mêmes. Les premiers ont rapporté n'importe quoi. Les seconds ont su choisir le bon. C'est en somme la grande classification des hommes : ceux qui se laissent aller à la passion et font n'importe quoi ; ceux qui gardent en toutes circonstances la direction de leurs actions.

 Mais pourquoi cette passion insensé pour le vin ?

 Je ne sais pas trop. En ce moment nous n'en sommes guère privés puisque nous en avons souvent un litre par jour. Ce n'est donc pas seulement la privation qui agit. Je crois que beaucoup de soldats boivent pour s'étourdir, pour ne plus penser à la guerre. Tiens, voila Cachy devant nous. Il y avait là beaucoup de vin. Les fantassins de première ligne en ont bu plus que de raison. Le colonel, visitant ses hommes, les trouve saouls comme des cochons. Et les Boches sont à Villers-Bretonneux. Alors le colonel, prenant une décision énergique, fait défoncer tous les tonneaux. Dans la cave d'un négociant le vin se répand, ensevelissant un matelas, une table, un poêle. Des détritus de toutes sortes surnagent et le vin a si bien lavé le poêle qu'il empoisonne la suie. Mais les fantassins viennent quand même y remplir leurs bidons et je connais des artilleurs qui en font autant. »




_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.