La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

30. Menevillers (Oise), entre le 10 et le 21 juin 1918
 
 

Nous arrivons à Menevillers. Le village n'est pas loin des lignes et il est complètement évacué. Beaucoup de maisons sont touchées par les obus. Des meubles gisent épars jusque dans la rue. J'aperçois en passant une copie du fameux tableau de Millet : l'Angélus, puis c'est un diplôme de tir qui s'envole suivant les caprices du vent. Malgré l'habitude, on ressent vivement l'horreur de toute cette dévastation. Non seulement les maisons sont destinées à être détruites par l'inhabitation autant que par le bombardement, mais les objets intimes sont jetés à la rue, exposés à tous les regards, souillés par la boue et la pluie, déchiquetés par les soldats qui passent.




_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.