La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

7. Rosières (Somme), le 2 avril 1916
 
 

Avec l'aide de fantassins, nous construisons des emplacements de batterie au lieu-dit « La tour carrée » (une ancienne carrière plantée de pommiers).

« Nous creusons un emplacement de quatre mètres sur cinq pour la plate-forme puis des abris à gargousses, à projectiles, à personnel. Pour faire un abri, nous creusons un trou de quatre mètres. À deux mètres du fond, nous posons une couche de rondins, puis de tôles. Par dessus, nous rejetons la terre enlevée et nous posons deux autres couches de rondins ».

Ce système exige une quantité énorme de rondins. De plus il faut un temps considérable pour terminer un abri.

« — Est-ce solide au moins ? Dis-je.

— Contre des petits obus, oui. Mais contre des gros, je doute ».





_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.