La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

Cartes postales françaises :
Séquence pédagogique premier degré
 
 

Objectif général

Dégager la notion de propagande à travers létude de cartes postales.

Objectifs spécifiques

Lire des cartes postales, les classer.

Analyser des cartes postales de la Grande Guerre et dégager les valeurs qu’elles véhiculent.

Réaliser une synthèse.

Préalable

Demander aux élèves de rapporter en classe des cartes postales sans en préciser le genre.

À partir de ce corpus, classer ces cartes pour définir les catégories :

  • carte postale souvenir de vacances ;

  • carte postale pour fêter un événement particulier (anniversaire, mariage…) ;

  • carte postale humoristique ;

  • autres…

La taille, le format, l’illustration, le texte imprimé peuvent donner lieu à des observations en ce qui concerne l’évolution de la carte postale depuis la Grande Guerre, l’idéal étant d’en disposer.

On ne s’intéressera pas à la partie réservée à la correspondance des cartes postales pour ne pas faire preuve d’indiscrétion.

Intéressons-nous à la carte postale de souvenir, des catégories citées plus haut celle qui se rapproche le plus de notre sujet d’étude.

Répondre oralement aux questions qui suivent.
  • Dans quels endroits achète-t-on des cartes postales souvenir ?
    Sur son lieu de vacances, à la poste ou dans des magasins de souvenir proches de lieux remarquables que l’on a visités ou par lesquels on est passé...

  • À qui adresse-t-on ce genre de carte postale ?
    À sa famille, ses amis, ses voisins, ses camarades de classe, ses relations de travail, toute personne à qui on a pensé pendant son séjour…

  • Pour quelle(s) raison(s) ?
    Pour montrer aux gens que l’on pense à eux, parce qu’eux-même nous ont envoyé des cartes postales, parce qu’ils nous rendent un service pendant notre absence…

  • Quels sont les côtés pratiques de la carte postale et leur intérêt par rapport à la lettre, pour celui qui l’envoie et pour celui qui la reçoit ?
    Un texte court aussi bien à écrire qu’à lire, peu de manipulation (pas d’enveloppe), au recto une illustration qui peut rester en exposition quelque temps chez celui qui l’a reçue et que souvent on a choisi en fonction de ses goûts.

  • Au contraire, quels reproches peut-on faire à la carte postale ?
    Tout le monde peut la lire, on est limité par la place pour écrire, une grande place (la partie droite) est réservée à l’adresse du destinataire.


Pour la suite de la séance, utiliser le classement des cartes postales proposé par la banque de données et imprimer celles retenues.

La carte postale pendant la guerre

Partir de ce qui a été dit au cours du questionnement et se resituer dans le contexte de la guerre pour expliquer ce qui a fait le succès de ce mode d’information, que ce soit à l’arrière pour donner des nouvelles au soldat sur le front ou sur le front pour donner de ses nouvelles à l’arrière.

Pour plus d’informations, lire le texte « la représentation du soldat à travers la carte postale ».


Il sera profitable de proposer aux élèves, en fonction de leur niveau, un classement qui peut prendre différentes formes :

  • la représentation donnée du soldat (allemand ou français) et de la sympathie ou antipathie qui lui est portée ;

  • l’image de l’autre, l’ennemi allemand (simple soldat, officier ou empereur) ;

  • représentations de l’arrière, représentations du front (société civile et société militaire) soit à partir de la totalité des cartes postales de la banque de données, soit à partir d’une sélection faite par l’enseignant et imprimée.


 
Représenter la société française en guerre

034
035
036
037
038
039
040
041
042
043

 

Le conflit s’installe dans la durée. Très vite l’arrière comme le front éprouvent le besoin de correspondre. L’échange de lettres a fait l’objet d’autres recherches et proposition d’activités (voir le site France-Bleu consacré à l’exposition « Paroles de Poilus, Paroles de paix ».)

Ce qui fait le succès de la carte postale, c’est ce qui a été dit plus haut. De plus, les illustrations proposées véhiculent un discours officiel et une image de la société française dans laquelle il est facile de se reconnaître.

Faire découvrir oralement ce qui suit :
  • un vocabulaire souvent simple, celui des couches populaires ainsi qu’un humour pas très raffiné mais accessible à tous ;

  • des représentations du soldat conformes à celles qu’imagine l’arrière : fidèle au poste, doté de courage et farouche ;

  • la carte postale rapproche ceux que la guerre a éloignés : le mari et l’épouse, l’enfant et le père, le frère et la sœur ;

  • les différentes couches sociales sont représentées dans la carte postale : chacun à sa place et suivant ses capacités participe au combat contre l’ennemi, que se soit le paysan, l’ouvrier ou le bourgeois.


 
Représenter le soldat ennemi

002
009
010
012
013
014
015
016
026
027


 

Objet de propagande, la carte postale présente de l’ennemi une image conforme, elle aussi, au discours officiel tenu sur les Allemands. Ces stéréotypes se retrouvent dans la presse illustrée de l’époque, dans les journaux : l’ennemi est présenté comme un barbare dénué de culture que l’on se doit de combattre dans la mesure où il s’attaque à la civilisation représentée par la France.

Quelles sont ces représentations ?

Les faire découvrir oralement :
  • un gorille ;

  • un porc ;

  • un chien servile ;

  • un homme préhistorique, voire le représentant d’une peuplade primitive : Indien, Noir (ce qui en dit long sur l’image que l’on se fait des peuples non blancs à l’époque), paysan du Moyen-Âge, cannibale, le tout sur fond de cruauté, de férocité.


 
Représenter l’empereur d’Allemagne

001
003
004
005
006
007
008
011

 

La politique inspire aussi des séries de cartes postales prenant pour cible l’empereur d’Allemagne, Guillaume II ainsi que la famille impériale et les chefs militaires allemands. À l’Allemagne est attribuée la responsabilité de la guerre, le régime allemand étant assis sur des valeurs militaires et guerrières (on rappelle que l’empire allemand est née d’un précédent conflit avec la France républicaine en 1870-1871). N’ayant pas été élu par son peuple, l’empereur accède au pouvoir à la mort de son père Frédéric III. Il est une survivance du passé, un anachronisme pour la France qui a fait sa Révolution il y a un peu plus de 100 ans.

Guillaume II endosse la responsabilité des malheurs que supporte la France et qu’il fait aussi supporter à son peuple ; son héritier le Kronprinz est souvent représenté en voleur les poches pleines de montres, une pince monseigneur à la main.


Comment représente-t-on Guillaume II dans la carte postale ?
À faire découvrir oralement :
  • en tyran ;

  • en ennemi de l’humanité ;

  • en descendant d’Attila, des Huns ;

  • en antéchrist ;

  • en boucher.


Quel sort voudrait-on lui réserver ?
À faire découvrir oralement :
  • pendu ;

  • crucifié ;

  • envoyé en enfer ;

  • fusillé.

Synthèse

Alors que le soldat français est valorisé et considéré comme un héros doté de qualités guerrières et humaines, l’Allemand est rabaissé, voire déshumanisé. L’empereur, ses soldats et le peuple allemand dans son ensemble sont assimilés au mal et objet de haine. Ceci justifie la guerre et explique en partie l’adhésion de la société française tout entière.


D’autres séries de cartes postales traitent de sujets plus difficiles à exploiter avec des élèves de l’école primaire.

Pour ce faire, nous vous renvoyons aux fiches d’interprétation suivantes :

  • le patriotisme culturel (28 à 33)

  • le patriotisme civique (44 à 49)

  • le patriotisme social (17 à 25)





_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.