La représentation
du soldat
pendant la Grande Guerre

Fiche d'interprétation : L’antagonisme social
 
 

017
018
019
020
021
022
023
024
025

 
Présentation

Ce thème est celui qui s’inspire le plus de l’occupation d’une partie du territoire national. Il fait directement référence à l’invasion d’août 1914 et aux exactions subies par les populations des territoires envahis et occupés.

Les violences attribuées à l’ennemi sont fondées. Chaque camp a eu, par ailleurs, le souci de les mettre à jour dès le début du conflit au moyen d’enquêtes officielles dont les comptes-rendus ont été largement diffusés.

Ce qu'il paraît intéressant d’observer ici est l’interprétation qui est donnée de ces violences ; leur vision est unilatérale, séparée du contexte de guerre qui les a produites et traitées à partir de concepts empruntés à la psychologie sociale. Le traitement d’ensemble est amplifié et caricaturé à l’extrême dans le but manifeste de décrédibiliser l’adversaire.

L’idée de violation du territoire et du droit des gens qui sont attachés à ce territoire sert de cadre pour mettre en évidence l’incompatibilité entre deux formations sociales, géographiquement séparées avant le conflit.

L’antagonisme déterminé s’effectue à partir de critères et de considérations d’ordre moral. Il procède au déclassement social de l’ennemi en situant ce dernier en dehors des conventions de la guerre et des valeurs qui lui sont attachées. La dévalorisation guerrière de l’ennemi est présentée comme le résultat d’une déviance propre à la formation sociale de l’Allemagne (l’image infantile et soumise du soldat ; celle d’une aristocratie militaire usurpatrice et oppressive, de son pédantisme comme preuve de sa décadence). La relation entre les deux figures combattantes renvoie ainsi à celle du sujet vis à vis de son maître, plus largement à celle du peuple dépossédé de son destin car asservi (allusion au rôle joué par le militarisme prussien et la caste aristocratique dans la formation de la société allemande contemporaine).

La servilité du soldat en tant que produit du despotisme et du militarisme est présentée à son tour comme facteur conduisant l’ennemi à des réactions antisociales, à une mentalité criminogène vis à vis des individus en situation d’infériorité. Cet aspect est mis en évidence dans le rapport exclusif du soldat allemand s’attaquant aux populations civiles. Cette servilité sert de médiation pour aboutir à l’image du criminel de droit commun, plus largement au concept de marginalité emprunté à la psychologie sociale et à la morale éducative.

Les valeurs antithétiques des deux nations : la société d’ordre (l’assujettissement) contre la démocratie (la citoyenneté)
Le déclassement social de l’ennemi
L’image d’une aristocratie décadente, usurpatrice et oppressive :

  • l’oppression : « Un souffle patriotique irrésistible entraîne nos soldats » ;

  • l’indignité : « L’apache et le maire » ;

  • la forfanterie : « Les Français, nous les avalerons comme ce verre de bière » ;

  • certains accessoires qui veulent suggérer le caractère désuet et pédant de l’aristocratie prussienne (le lorgnon, les gants, le plumet).


L’asservissement du soldat allemand dans ses traits de caractère:
  • la discipline contrainte : « Un souffle patriotique … » ;

  • l’esprit de cupidité et de forfaiture (le vol et le pillage) ;

  • la couardise et la pleutrerie : « héros » ;

  • le manque d’éducation (commun à l’officier et au soldat) est suggéré par le « défaut de langage ».

L’image du félon à travers les exactions commises

Cette représentation est suggérée par l’établissement des forfaits et des crimes de l’ennemi.

Ils prennent le contre-pied des valeurs classiques attribuées au guerrier (la bravoure, la loyauté, le courage, l’honneur).

Les exactions rapportées visent à ranger les actes de l’ennemi dans l’ordre du droit commun en privilégiant sa relation avec les populations civiles :

  • les destructions et incendies, le pillage des territoires occupés ;

  • la répression à l’encontre des civils (exécutions) ;

  • le sadisme et la violence aveugle (meurtres d’enfants et viols).






_____________________

« La représentation du soldat pendant la Grande Guerre »
Dossier du service éducatif et culturel de l’Historial de Péronne

© CRDP - Académie d’Amiens, septembre 2004
Tous droits réservés. Limitation à l’usage non commercial, privé ou scolaire.