CANOPE academie d'Amiens

Lamotte- Warfusée – 80 – Eglise

 
Lamotte- Warfusée-80- l'église
 
Lamotte- Warfusée-80- l'égliseLamotte- Warfusée-80- l'égliseLamotte- Warfusée-80- l'église

Au sortir de la première Guerre mondiale, le département de la Somme est l’un des plus meurtris. La bataille de la Somme en 1916, comme les nombreux, violents et meurtriers combats qui s’y sont déroulés pendant tout le conflit, ont ravagé le paysage et l’ensemble du bâti à l’Est d’Amiens.

Avec le retour des réfugiés, des chapelles provisoires s’élèvent dans la région du Santerre afin de permettre l’organisation du culte pour les populations croyantes. Puis vient le temps de la reconstruction.
Dès 1923, un plan de la future élévation de l’église de Lamotte-Warfusée est élaboré. Il faudra cependant attendre quelques années supplémentaires, l’année 1929, pour que les habitants du village voient le commencement des travaux, 1931 pour que ceux-ci soient achevés.

L’entre-deux-guerres est donc la dernière grande période de construction de monuments religieux. Ce fut également un champ d’expérimentation pour les artistes ayant en charge ces nombreux projets. Comme beaucoup d’autres, l’église de Lamotte-Warfusée se distingue ainsi de part le style adopté par l’architecte Godefroy Teisseire des précédents monuments.

Ce dernier n’hésite pas à utiliser les acquis récents de la recherche technique et à les intégrer à la nouvelle église. Sa structure est ainsi faite de béton armé, revêtu certes d’un matériau traditionnel, la brique. Et, si les pignons du monument sont à redents, dans la tradition picarde, la flèche qui surmonte l’église est elle construite en béton armé. Ajourée, elle est, avec le Christ implanté sur sa façade, un des ornements de l’édifice.

Marc Nadaux