Différents modèles de brancards

1. Brancard hamac du médecin-major Louis Senlecq pour le transport des blessés dans les tranchées en 1914-1918.(Coll. Muséee du Val-de-Grâce).

2. Brouette de tranchée, modèle Rouzeau 1914-1918.(Coll. Musée du Val-de-Grâce).

3. Brouette porte-brancard Peugeot, modèle primitif. Créée durant la guerre 1914-1918 afin de transporter les blessés des tranchées jusqu’au point d’embarquement souvent situé loin des lieux de combats.(Coll. Muséee du Val-de-Grâce).

4. Skis porte-brancard. Offerts en 1917 au service de santé par le Touring Club de France. (Coll. Musée du Val-de-Grâce).

5. Brancard réglementaire et sac d’infirmier allemand frappé de la Croix-Rouge.

 

Le matériel du service de santé régimentaire

Il est réparti dans des proportions très inégales entre les bataillons et l’état-major du régiment. Si les bataillons sont convenablement dotés, il en va autrement pour ce qui concerne les moyens mis à la disposition du médecin-chef installé dans le poste de secours régimentaire. Ses moyens de transport se limitent à une voiture pour le transport, comprenant 6 brouettes porte-brancards et 12 brancards ; les moyens de traitement à un sac d’ambulance et à un panier N° 6 dit passe-partout. Le matériel du bataillon d’infanterie est davantage fourni. Il comprend un chargement de voiture médicale régimentaire avec 6 paniers, un sac d’ambulance, 9 musettes à pansement et 8 brancards. Chaque infirmier est pourvu d’une musette et d’une trousse. Le bataillon est enfin doté de deux brouettes porte-brancards qui sont transportées par une voiture spéciale du régiment.