Affiche du Pathé-Journal

affiche du Pathé-Journal

Charles Pathé fut le premier à présenter au cinéma des images d’actualités avec la création en 1908 du Pathé-journal. La réussite de l’expérience conduit la société Gaumont à lancer son propre journal hebdomadaire en 1910 (Hebdo Gaumont actualités). Renouvelé tous les mois, puis toutes les semaines, il possède les atouts d’un organe de presse, le mouvement en plus. Les actualités filmées sont projetées après le film ou en clôture de la programmation. Elles abordent des sujets très variés tournés sur le vif ou reconstitués et présentent un caractère international et universel grâce au réseau d’agences et de succursales que les compagnies possèdent à travers le monde.

 

Les journaux filmés sur la guerre

Lorsque la guerre éclate, les maisons cinématographiques dépêchent sur le front leurs opérateurs pour couvrir l’événement mais les éditions des actualités sont arrêtées en raison de la censure militaire. Il faut attendre la création du Service Cinématographique de l’Armée (SCA) en février 1915 pour qu’elles soient rétablies sous le contrôle des autorités militaires qui s’en servent comme instrument de propagande. Les maisons d’actualités organisées dans une Chambre syndicale de la cinématographie (Pathé, Gaumont, Eclair, Eclipse) en sont membres suite à une convention passée avec le Ministère de la Guerre. Les premières fournissent les moyens matériels, se chargent de la réalisation des produits finis et de leur diffusion dans le réseau commercial. Le SCA est quant à lui chargé d’assurer les missions des opérateurs, le choix des sujets, les autorisations de transport dans la zone de front, et surtout d’exercer, par l’intermédiaire du Bureau de la presse, un contrôle a posteriori sur les montages, images et intertitres. Cette collaboration répond à un triple objectif : répondre à la propagande de l’ennemi à l’étranger, encadrer et obtenir l’adhésion de la population française y compris celle qui se trouve mobilisée dans la zone des armées, constituer un fonds d’archives témoin des événements devant l’histoire.