En pratique
Activité SVT (Sciences de la vie et de la Terre), terminale S (partie obligatoire) 
Étude de la marge active du Japon
Les caractéristiques d’une marge active ont été mises en évidence au niveau de la partie ouest de l’Amérique du Sud.
Cette activité est une préparation à l’examen des compétences pratiques du baccalauréat en SVT. Située à la fin de l’étude des marges actives, ce travail permet d’appliquer les connaissances dans une situation nouvelle.
Travail noté pendant la séance.
Compte rendu noté.

Type d’activité
Utiliser le logiciel Sismolog pour répondre aux problèmes posés.

Niveau
Terminale S, partie obligatoire.

Type d’organisation du travail
Travail par groupes de deux, en autonomie.

Durée
Une heure et trente minutes.

Matériels et documents nécessaires
Salle multimédia avec le logiciel Sismolog installé.
Fiche d’activité.
Pâte adhésive.
Fil.

Compétences-capacités visées
S’informer en utilisant les moyens informatiques.
Raisonner.
Communiquer les résultats par le compte rendu.

Déroulement
Les élèves ont leurs fiches ; ils se mettent au travail sans explicitation orale des consignes.

Étude de la marge active du Japon
(Les caractéristiques d’une marge active ont été mises en évidence au niveau de la partie Ouest de l’Amérique du sud)

Utilisation du logiciel Sismolog

1. Délimiter la zone d’étude
Afficher le planisphère.
Afficher la grille.
Placer le curseur sur le point dont les coordonnées sont x = 140 et y = 40.
Réglage du zoom : cliquer sur « facteur de zoom » et définir à 8,71.
Zoomer.
Reconnaître l’emplacement de la Corée, de la mer du Japon, du Japon et de l’océan Pacifique.
Réponse 
Appeler le correcteur pour vérification.

2. Réalisation d’un profil topographique (approximatif)
a) Tracé du trait de coupe.
Placer une petite boulette de pâte adhésive sur l’écran au niveau du point 1 tel que x = 128 et y = 42 ; faire de même au point 8 (x = 146, y = 36).
Tendre un fil entre ces deux points : le profil sera à réaliser le long de ce segment.
Les altitudes sont indiquées par un code de couleur : « afficher », « échelle d’altitude ».
Réponse 
Appeler le correcteur pour vérification.

b) Tracé du profil topographique
Utiliser le système d’axes fourni.
Échelle des hauteurs : 1 cm pour 1 000 m.
Compléter le tableau en indiquant les altitudes des huit points.
Placer ces points sur le graphique.
Tracer le profil à main levée.
Placer un titre et les repères géographiques du 1) et des légendes au fur et à mesure du travail effectué.
Réponse en caractères gras :

Points
1
2
3
4
5
6
7
8
x
128
130
134
138
140
142
143
146
y
42
41
40
39
38
37
37
36
Altitude
+ 2 000 m
0
– 1 000 m
– 1 000 m
+ 500 m
– 1 000 m
– 7 000 m
– 5 000 m

Appeler le correcteur pour vérification.

3. Limite des plaques lithosphériques
a) Les plaques concernées
Afficher les contours des plaques.
Marquer l’emplacement de la limite des plaques par une flèche verticale sous le profil.
Indiquer le nom et l’extension des plaques concernées sur le bas du profil ainsi que la nature de leur croûte (continentale ou océanique).
Afficher les foyers des séismes et les volcans.
Placer les volcans sur le profil par un triangle rouge.
 
b) Résumer les caractéristiques de cette limite de plaques.
Réponse
Contact entre la croûte océanique de la plaque Pacifique avec la croûte continentale de la plaque Eurasie.
Présence d’une fosse profonde et étroite le long de cette limite.
Séismes et volcans sur la plaque continentale.
Les volcans sont disposés en « arc d’îles ».

c) Comparer cette zone avec la marge active mise en évidence au niveau de l’Amérique du Sud.
Réponse
Ces deux zones ont les mêmes composantes :
contact plaque – océanique-plaque continentale ;
zones de séismes et de volcans sur la plaque continentale ;
présence d’une fosse.
Tout comme la marge active au niveau de l’Amérique du Sud, le contact plaque Pacifique-plaque Eurasie au niveau du Japon est une zone de subduction.
Élément nouveau par rapport au type « Andes », la présence d’un bassin continental (mer du Japon) arrière arc.

4. Étude des séismes
a) Supprimer les séismes puis les afficher en fonction de la profondeur des foyers.
Séismes. Profondeur.
Afficher successivement les foyers superficiels, intermédiaires et profonds.
Constater la disposition des foyers.
Rédiger les observations.
Réponse
Les foyers des séismes sont de plus en plus profonds quand on va de la fosse vers l’ouest de la plaque continentale Eurasie.

b) Les foyers des séismes sur la coupe réalisée.
Afficher la coupe correspondant au profil réalisé : outils. Coupe. Définir.
Placer le point 1 au niveau du premier point du profil et le point 2 sur le huitième point du profil.
Réduire la largeur de coupe à 1 cm.
Afficher la coupe : outils. Coupe. Dessiner.
Rédiger les observations.
Réponse
Les foyers des séismes sont disposés suivant une lame inclinée sous la plaque continentale Eurasie. Cette lame correspond au plan de Benioff matérialisant l’enfoncement de la plaque océanique Pacifique dans le manteau (subduction).

c) Schématiser le plan de Benioff sur le profil.
Fixer arbitrairement la largeur de cette lame à 1 cm.
Indiquer par une flèche la direction du déplacement.
Placer les foyers des séismes avec le même code de couleur que le logiciel.
Réponse 
À cause de l’échelle des hauteurs, on ne peut placer que les séismes à foyers superficiels (points noirs).

5. Utiliser ce travail et les connaissances personnelles pour émettre une ou des hypothèses quant au moteur de cette subduction.
Réponse
À ce niveau, la croûte océanique est âgée de 180 millions d’années.
(Voir carte page 233 du manuel Sciences de la vie et de la terre, enseignement obligatoire, collection Raymond Tavernier et Claude Lizeaux, Programme 2002, Éditions Bordas).
Sa densité est plus importante que l’asthénosphère sous-jacente.
La croûte océanique se sépare de la croûte continentale (la marge passive devient active) et s’enfonce dans le manteau.
La gravité doit aider à l’enfoncement de cette croûte dense.