EDD, E3D et autres : des prescripteurs aux enjeux et aux programmes

Imprimer

La circulaire du 5 février 2015

Dans le cadre de l'intégration du développement durable dans les projets d'école et d'établissement (voir ici), les responsables éducatifs des recteurs/rectrices aux directeurs/directrices d’école sont "invités à veiller à l'intégration de cette éducation transversale dans les projets d'école et d'établissement, afin que l'ensemble des projets intègre cette dimension d'ici 2020. » La ministre ajoute immédiatement après dans cette instruction autour de l’éducation à l’environnement et au développement durable (au BOEN du 5 févier 2015) " En fonction de l'ampleur de l'intégration du développement durable dans ces projets, ces derniers peuvent aboutir à des « démarches globales de développement durable » des écoles et des établissements (E3D). "Elle en détaille et en reprend la dynamique telle qu’elle ad éjà été exposée dans la circulaire de 2013 (détail ici) désormais abrogée et remplacée, en renouvelant cette incitation des écoles et établissements à entrer dans une démarche E3D et à solliciter le label E3D.

Déjà en février 2010

En février 2010, deux inspecteurs généraux (Michel Hagnerelle comme géographe ; Gérard Bonhoure comme scientifique SVT) réaffirmaient dans deux vidéos du pôle EDD du réseau Canopé les enjeux de l'EDD (formation du citoyen, façon d'être au monde, ...) dans ses trois dimensions (économiques, environnemental, socio-cutlurelle). Ils témoignaient de leur volonté de la faire pénétrer encore plus dans les programmes à venir (dès le rentrée 2011) des lycées. Ils soulignent l'importance de l'E3D (établissement en démarche de développement durable) pour allier une façon de repenser l'établissement avec un dynamique de projet. Pour les responsables et cadres de l'EN, le FOREDD apparaît donc comme une lieu de rendez-vous indépassable (un lieu, un moment) pour faire équipe et anticiper,mais aussi mettre e place les partenariats nécessaires, définis ici et objets du futur FOREDD.

Voir aussi