Simulation/jeu de rôle, climat et négociations en LP francilien vers la COP 21

Imprimer
PDF

Le projet

Le lycée professionnel Charles Petier de Villeneuve-la-Garenne a été choisi pour mettre en œuvre sa simulation de négociations internationales sur le changement climatique. Le lycée fait partie des EPLE choisis par la région Île de France et ses académies pour représenter fictivement un pays dans le cadre de l’opération francilienne "Notre COP 21" où il représente le Bangladesh. Ses élèves doivent plaider la cause de ce pays pauvre et vulnérable devant l'exigence d'un accord garantissant que la température globale  ne dépassera pas 2 degrés en 2050. Pour cela il faut connaitre ses dossiers pour argumenter, se faire des alliés, avoir une stratégie commune puis négocier. Telle est la "missions' de ces lycéens de seconde professionnelle du Bac Pro Commerce, démarche explicitée par Lolita, chef de la délégation lors de la confrontation fictive avec les élèves franciliens représentants d’autres pays (dont les USA par le Lycée L. Michel de Bobigny).

Des enseignant(e)s dans l’interdisciplinarité et la COP 21

Le décor est posé par plusieurs enseignants : deux professeures - une en biotechnologies/PSE et l'autre en anglais (Mmes Samira Zaoui et Lebna Zakaria) – rappellent les enjeux et modalités de ce jeu de rôle, fédérateur par son  interdisciplinarité, qui a aidé à motiver les élèves en activant chez eux des compétences qui leur redonnent confiance en eux-mêmes ... et à  apprendre aux enseignants à travailler autrement. François Gaudin, qui enseigne l’histoire et la géographie, confirme : émergence de compétences chez des élèves « compliqués », des enseignants qui travaillent en interdisciplinarité et en équipe malgré des disciplines d’abord assez cloisonnées. Aziz Bouzelmat, professeur d’économie, fait le même constat : de la démotivation à l’enthousiasme chez les élèves, un développement durable partagé par toute l’équipe enseignante avec mise en oeuvre d’une autre façon d‘enseigner pour les professeurs et d’apprendre/d’activer des compétences (y compris non disciplinaires) chez les élèves.

Des élèves de la difficulté à la découverte, du scepticisme à l'enthousiasme

Parmi ces élèves, la plupart viennent au projet jugé au-dessus de leurs forces  grâce à leurs enseignants (cas de Steeve) ou (comme Loïc ou Christophe) par le biais du film Les héritiers [au lycée Léon Blum de Créteil, une prof décide de faire passer un concours national d'Histoire à sa classe de seconde la plus faible - cette rencontre va les transformer]. Puis ils veulent faire émerger leurs propres capacités (Steeve, Loïc, Cristove), s’emparant de la problématique du Bangladesh défendant leurs projets locaux de constructions / rénovations. C’est aussi l’occasion de rappels : alimentation d’un fonds vert, problème des réfugiés climatiques utilisés comme menace,  surtout différentiel entre pays riches et pays pauvres.

Les interviews en vidéos du PNC EDD

Des enseignant[e]s : Mmes Samira Zaoui (PSE-biotechnologies) et Lebna Zakaria (anglais) : un peu moins de 5 minutes . - François Gaudin  (géographie): deux minutes 42 - - . Aziz Bouzelmat (économie) : 3 minutes 3.

Des élèves impliqués : Lolita (chef de délégation) : 2 minutes 16 – Christophe (le projet, ses implications, sa problématique) : 2 minutes 30 - Steeve (participant – ses motivations) : 1 min. 49 – Loïc (négociateur, fonds vert et projets locaux) : 2 minutes 22. -

Des liens complémentaires

Autour du projet "lycéens franciliens, notre Cop21" (site académique de Versailles -  voir aussi celui de l’académie de Créteil)  -  « Décryptage : Fonds vert et financement climat » depuis le site de la COP 21 -




 

L'EDD en région
regions

educasources

bt_librairie_en_ligne

logoscerenbleunoirpetit