Se prendre pour les Etats-Unis et simuler le président Obama pour le climat/la COP 21

Imprimer

Le projet du lycée Jean Renoir de Bobigny

Dans le cadre du projet régional « Lycéens franciliens, notre COP 21 » , le lycée Louis Michel à Bobigny (académie de Créteil dans le 93) a décidé d'envoyer des lycéens pour jouer une simulation de délégation des Etats-unis aux négociations internationales sur le réchauffement climatique non moins simulées.  Ou : de la difficulté de plaider les intérêts du pays le plus riche et le plus puissant en épousant son état d’esprit, de se mettre dans la peau d’un Obama président des USA dont il faut mimer le langage, la gestuelle et autres, ou d’un citoyen ordinaire américain plus préoccupé de croissance que de la planète … Prise de conscience des situations des pays les uns envers les autres, apprentissage de la négociation, appropriation du dossier climatique, et aussi développement de compétences géographiques, linguistiques, comportementales  et d’empathie (entre autres) à la clé.

Des vidéos du PNC EDD

Marc Pelleschi, professeur de SVT, re-situe les enjeux de cette simulation : comprendre les enjeux de la COP21 et le réchauffement cilimatique/comprendre pourquoi il faut négocier : pas simple dans les deux cas. Ces thématiques sont étudiées dans un cadre interdisciplinaire (SVT, maths, SES, anglais, français) et ont donné lieu à des heures de cours mutualisées (une vidéo de 1 min. 54). De son côté, M. Estade, enseignant d’anglais montre en une minute et demie comment « ses » élèves ont joué le jeu de simulation dans sa classe de ce fait et dû lire la presse des USA, parler et argumenter en anglais : ils se sont souvent révélés à cette occasion, en maîtrise de la langue ou de la négociation.
Soumaya, lycéenne en classe de seconde, devient l’ambassadrice des USA dans cette simulation : elle a intégré la nécessité américaine de ne pas aller trop loin dans son engagement pour atténuer ses rejets de CO21 (il en faut pas compromettre son évolution favorable) et a pris conscience de ses enjeux : une vidéo d'une minute 21.
De son côté, Nathan (même classe, même lycée) a pris en charge la thématique de l’atténuation  pour ces mêmes USA : même s’il a tenu la position (participer financièrement par rapport à ce grand pays, oui mais pas trop) en plaidant les circonstances atténuantes, il a admis qu’il fallait faire des efforts et dû transiger, ne serait-ce que pour tenir son rang. Un jeu de rôle stimulant et divertissant selon lui, occasion de se mettre au point en termes de développement, durable et de climat une vidéo de 2 minutes 36.
Dans une vidéo d’un peu plus d’1 minute et demie. Laetitia a incarné Barak Obama dont elle a dû (ap)prendre les postures et les « tics . Elle argumente face à la société  américaine pour la convaincre que ‘l’écologie n’est pas l’ennemie de l’économie. Elle à intégré l’importance de sa génération dans es années à venir et s’est  approprié  une problématique  qui lui était it mal connue. Son rêve (en français et en anglais) : photographier  le président des USA à la vraie COP 21.
Amina exprime son angoisse initiale de devoir se mettre dans la peau d’une vraie négociatrice américaine compte tenu de la place du pays représenté. Elle rappelle l’enjeu et ses modalités, dit son enthousiasme pour ce jeu de rôle où elle négocie avec le Brésil pour une continuation de l’exploitation de sa forêt tout en respectant les droits élémentaire. Si l’exercice fut difficile, il est aussi motivant et devrait être à son avis réédité. Une vidéo d’1 minute. Puis en vingt-cinq secondes dans une autre vidéo elle retrace le problème climatique dans ses effets les plus visibles et dans les actions pour le combattre ou l’atténuer.

Deux rappels : la COP 21 et la simulation lycéenne francilienne

Le 6 mai 2015, au Bourget (Seine St Denis), des élèves de classes de 2nde de 14 lycées volontaires ont "incarné" des Etats lors une simulation de conférence internationale dans le cadre de la Cop 21 qui se déroulera en décembre 2015 : l’aboutissement d‘un projet pédagogique commun aux 3 académies d’Île de France (Paris, Créteil, Versailles) mené dans une dynamique interdisciplinaire (SVT, histoire – géographie, mais aussi SES, langues, lettres, …). Grâce à ce projet, ces élèves (de lycée général, de LT, de LP) doivent s'approprier de sérieuses bases scientifiques (rapports du GIEC, principes d’atténuation et d’adaptation, contextes politiques et économiques des pays ...) pour comprendre la complexité des enjeux du changement climatique et des négociations internationales. C’est aussi pour eux l’occasion d'acquérir des compétences en communication pour préparer les séances de présentation des positions défendues par les pays le 6 mai 2015 et lors de la création de documents vidéos qu’ils réalisent tout au long du projet.

Voir aussi :