Changement climatique et maîtrise de l'énergie en France (1990-2008)

Imprimer
PDF

Dans le cadre de son étude (en novembre 2011) autour des indicateurs de développement durable dans les territoires français, le commissariat général au développement durable présentepresque "cinquante indicateurs  dans ce recueil pour quantifier les progrès en faveur du développement durable à l'échelle des territoires." Parmi ceux-ci : le changement climatique et la maîtrise de l'énergie [avec pour orientation : maîtriser la consommation d'énergie et développer les énergies renouvelables ... mais aussi faire reculer l'effet de serre.]Le dossier [en ligne] rappelle d'abord les données fondamentales et fait le point sur les chiffres de cette consommation d' énergise de 1990 à 2008.

Si celle-ci chute de 17% par unité de PIB (intensité énergétique), elle augeron de 5 % en moyenne par habitant (carte p. 5) - ce qui globalement, correspond à une hausse de 16% de la consommation totale de l'ensemble des régions françaises. Cette dernière hausse est le fait des transports (à 22%), du résidentiel tertiaire (à 26%) et de l'accroissement des logements (à 25%).). Sa part de croissance due l'agriculture (9%) est compensée également par le recul pour l'industrie (aussi 9%) .

Sa deuxième partie (p. 7-9) fait  le point sur la production  d'électricité renouvelable rapportée à la consommation finale d'électricité par région. Il est rappelé que ...

.... "la France a pour objectif d'atteindre une part de 23 % d'énergie renouvelable dans sa consommation finale d'énergie en 2020.
... La part de la production d'électricité renouvelable dans la consommation finale d'électricité s'établit à 17,7 % au niveau national en 2008 mais elle affiche des différences très importantes selon les régions compte tenu de la diversité de leurs ressources naturelles et de leur exploitation."

Suivent quelques pages (p. 10-13) sur les émissions de gaz à effet de serre, hors puits de carbone par région

Rappel -  "Les émissions de gaz à effet de serre sont suivies par le « pouvoir de réchauffement global à cent ans », exprimé en équivalent CO2. Les quantités de gaz à effet de serre émises dépendent de la nature des activités économiques, plus ou moins consommatrices d'énergie fossile, et des activités résidentielles, suivant l'isolation thermique de l'habitat et les modes de déplacements. L'objectif fixé par la loi d'orientation sur l'énergie de 2005 est de diviser par 4 les émissions de 1990 d'ici 2050."
Le dossier fournit les données régionales françaises, en montre les disparités - dont il analyse les causes (peuplement, activité économique, part des transports ... différenciés).

 puis autour de l'évolution des températures hivernales par stations météorologiques départementales (p. 14-16)

A noter 
"Pour la totalité des stations observées, le climat d'octobre à mai aurait « tendance » à s'adoucir depuis près de 40 ans. Autrement dit et pour ramener l'indicateur à son utilisation professionnelle, il faudrait de moins en moins de calories pour chauffer un même logement à une température constante de 17°C, ce qui pourrait contribuer, au-delà des progrès technologiques d'isolation et des modes de chauffage, atténuer les émissions de GES dues au chauffage".

L'EDD en région
regions

educasources

bt_librairie_en_ligne

logoscerenbleunoirpetit