CANOPE academie d'Amiens

Bourdon – 80 – Eglise

 
Bourdon-80-église
 
Bourdon-80-église

L’église de Bourdon mérite toute l’attention du passant, et son regard le plus attentif. Car avec ce monument, les apparences sont bien trompeuses.

Ainsi, il faut à l’observateur l’œil d’un expert pour déceler dans l’église de Bourdon deux périodes de construction différentes ou alors … , plus simplement, qu’il mobilise sa pratique des archives départementales de la Somme. Il pourra alors affirmer que la nef du monument a été achevée en 1825, tandis que la tour-porche que surmonte un clocher coiffé d’une flèche en est la partie la plus ancienne, puisque datée de 1719. C’est que les bâtisseurs du siècle concordataire ont respecté le style de l’édifice primitif ou, plus volontiers, ont utilisé les mêmes matériaux de construction, à savoir la pierre de taille pour l’élévation de ses murs, le grès pour celle de ses soubassements. Au total perdure donc dans la vallée de la Somme une de ces solides bâtisses, de facture simple, issues du XVIIIème siècle, le siècle de Voltaire et – peut-être – des progrès de l’incroyance, mais aussi celui d’une intense période de construction des édifices religieux de nos campagnes.

Mais alors de quel intérêt ce monument est-il pour l’historien de l’art ?

Celui-ci réside dans la partie la plus haute de l’édifice. Ainsi, pendant la période moderne, au XVIIème ainsi qu’au XVIIIème siècles, s’est perpétué un type particulier de clocher surmonté d’une flèche de type gothique. Cet ensemble, que l’on ne rencontre que chez certaines églises de villages de la vallée de la Somme, consiste en une tour carrée et massive à contreforts d’angle le plus souvent, surmontée d’une tour octogonale en pierres d’un plus petit diamètre, ornée de crochets sur les arêtes, de lucarnes et d’autres motifs plus ou moins modernes, mêlés de gothique abâtardi. Certaines, les plus anciennes, ne manquent pas d’élégance (à Fontaine-sur-Somme ou à Coquerel notamment) ; d’autres sont massives et disgracieuses, ce sont les plus récentes en général. Cette mode du gothique tardif perdure jusqu’au milieu du XVIIIème siècle (la flèche de l’église de La Chaussée-Tirancourt est datée de 1730) et quatorze de ces monuments sont encore attestés : à Long, à Franqueville, à Bouchon …

Marc Nadaux