CANOPE academie d'Amiens

Davenescourt – 80 – Château

 
chateauMontdidier2-80
 
chateauMontdidier2-80DA1

Au sud du département de la Somme et à quelques kilomètres au nord de la ville de Montdidier, le village de Davenescourt, ou anciennement Avenescourt, occupe les pentes du coteau qui dominent la vallée boisée de l’Avre. La petite agglomération est coiffée par le château local, élevé sur le rebord du plateau sur l’emplacement d’une ancienne forteresse médiévale. La chronique locale relève que celle-ci a été brulée lors d’une incursion des Impériaux en 1652. L’élégante bâtisse visibles aujourd’hui repose d’ailleurs sur ces mêmes soubassements voûtés et plus anciens.

Sa construction est entreprise dans les dernières années de l’Ancien Régime et sous le règne de Louis XVI, en 1787 et à l’initiative du comte de La Mire. La date est mal choisie et celle-ci est interrompue trois années plus tard, au moment où les événements révolutionnaires s’amplifient dans le royaume de France. « Les aristocrates à la lanterne », dit la chanson. Et ce n’est qu’en 1795 qu’ils seront repris, autrement dit après le 9 Thermidor, la chute des Montagnards et la fin de la Terreur, pour s’achever sous l’Empire naissant.

Ce château de Davenescourt est une vaste construction de pierres blanches, élevée sur deux niveaux. Coté parc, sa façade de style Louis XVI comporte deux ailes en retour, lesquelles déterminent une cour s’ouvrant sur un jardin à la mode anglaise. Ce dernier est attribué au paysagiste Edouard André, en faveur sous la Troisième République. Les abords du château sont eux agrémentés de parterres à l’ordonnancement à la française. Par le perron de cet édifice, on accède à un vestibule qui s’ouvre sur les deux façades. Cette pièce est elle-même amplement décorée de stucs néo-classiques et datée de 1805.

Sur la droite du portail d’entrée, une chapelle seigneuriale, ornée de motifs sculptés en haut relief, est d’une construction antérieure, puisqu’élevée sous le règne de Louis XV. Les communs quant à eux, autrement dit les bâtiments d’exploitation du domaine agricole du château, sont élevés de 1834 à 1837 en briques et pierres, une bergerie étant ajoutée à l’ensemble à la fin du siècle, en 1896. L’ensemble du domaine de Davenescourt est classé aux Monument historiques depuis 1977.

 

Marc Nadaux