CANOPE academie d'Amiens

Flixecourt – 80 – Moulin Basile, ancien moulin à vent

 
flixecourtMoulin1
 
flixecourtMoulin1flixecourtMoulin2005 Flixecourt - Moulin Basile

 

« Tout autour du village, les collines étaient couvertes de moulins à vent. De droite et de gauche on ne voyait que des ailes qui viraient au mistral par-dessus les pins, des ribambelles de petits ânes chargés de sacs, montant et dévalant le long des chemins ; et toute la semaine c’était plaisir d’entendre sur la hauteur le bruit des fouets, le craquement de la toile et le Dia hue ! des aides-meuniers… ». Ainsi parle Alphonse Daudet dans son Secret de Maître Cornille, une des célèbres Lettres de mon moulin, dont la première édition date de 1885. C’est en effet l’époque où s’achève le temps des moulins, en Provence, comme dans la lointaine Picardie. Dans la vallée de la Nièvre, non loin d’Amiens et à l’ouest du département de la Somme, ils cesseront de battre peu avant la première Guerre Mondiale au profit des minoteries, comme celle du village de Pernois.

Le sol picard était une terre propice à l’implantation des moulins, sur ses plateaux éventés et intensément cultivés, comme dans ses vallées grâce à leurs forces motrices. C’est ainsi que le long des dix-sept kilomètres du cours de la Nièvre, la carte de Cassini permet de recenser quatorze moulins à eau à la veille de la Révolution, trois à Flixecourt notamment. Au début du XIXème siècle, le territoire de la commune compte également deux moulins à vent, d’un moindre rendement cependant que les précédents. Le moulin Beaussart, fondé en 1727 par Pierre Sainte, est voué à la fabrication de l’huile à partir du colza ou du lin. Quant au moulin Basile, situé sur les hauteurs qui dominent la commune, au sud-est en direction d‘Amiens, sa construction remonte à l’année 1776.

Sa structure maçonnée de pierres blanches avec un soubassement en grès y est toujours visible. Ce moulin, propriété de la famille Maressal, originaire d’Abbeville, est alors une exception dans le paysage local où dominent les installations sur pivot et en charpente de bois. A ses pieds, à l’origine, s’élevaient la maison du meunier et ses dépendances. A l’entrée de la commune, sur le bord de la route départementale D 1001, ce moulin Basile attend une restauration qui lui rendrait son lustre d’antan, sur le modèle des belles initiatives voisines qui ont permis de relever tour à tour de leurs ruines les moulins de Frucourt, d’Eaucourt-sur-Somme, de Candas ou de Bussus-Bussuel.

Marc Nadaux