CANOPE academie d'Amiens

Mailly-Maillet – 80 – Chapelle Madame

 
Mailly-Maillet-80-Chapelle Madame
 
Mailly-Maillet-80-Chapelle MadameMailly-Maillet-80-Chapelle Madame

Né en 1723 au sein d’une des plus anciennes familles de la noblesse picarde, le marquis Louis de Mailly, tout comme ses aïeux avant lui, participe aux conflits qui engagent la couronne de France, ses armées et son royaume, face aux autres monarchies européennes. Dans cette première moitié du XVIIIème siècle, après la longue guerre de Succession d’Espagne (1701-1714), qui marque la fin du règne de Louis XIV, son arrière-petit-fils et successeur s’engage-lui dans celle qui doit régler la succession d’Autriche (1740-1748).

En 1741 et 1742, Louis de Mailly est ainsi en Westphalie, puis en Bohème. De retour sur le sol français au terme de cette campagne à l’intérieur des frontières du Saint Empire, il épouse au mois de mai 1743 Antoinette Françoise Cadot de Sébeville, alors âgée de dix-huit ans, avant de gagner cette fois-ci le Piémont avec son régiment de Périgord. Le couple aura un premier enfant, Louis Victor Antoine, en 1749, année au terme du conflit où le marquis de Mailly, qui vient d’être grièvement blessé, est fait maréchal de camp.

 

Alors que la paix gagne enfin le continent européen, Antoinette de Sebeville décède en 1752. L‘année suivante, son époux décide alors d’élever à sa mémoire une chapelle funéraire sur la terre de Mailly. Celle-ci est construite devant le parc du château, en bordure de l’ancien enclos du couvent des Cordeliers et à proximité de l’église du village. Le monument, de forme octogonale, est bâti en briques et pierres dans le style baroque alors en vogue. Il est surmonté d’un lanterneau qui, bien que fortement abimé au cours de la première Guerre mondiale, est restauré en 2007.

Cette imposante chapelle funéraire s’ouvre sur une salle ovale et voûtée en coupole. La pièce est ornée de pilastres de style ionique, avec au centre le tombeau de la marquise de Mailly. Celui-ci, qui représente la défunte agenouillée sur un prie-Dieu et entourée de ses deux enfants, est l’œuvre de Jean-Baptiste Dupuis, un artiste local. Le portail d’entrée est lui aussi remarquable par les armoiries de la famille de Mailly qui le surmonte. Cette « Chapelle Madame », visible au nord d’Albert, dans le département de la Somme, est classée à l’inventaire des Monuments historiques depuis 1973

 

 

Marc Nadaux