CANOPE academie d'Amiens

Pierregot – 80 – Chapelle Notre-Dame

 
Pierregot-80-la chapelle
 
Pierregot-80-la chapellePierregot-80-la chapellePierregot-80-la chapelle

Dès le haut Moyen-Age, la vallée de la Somme et les environs d’Amiens sont parcourus par les évêques qui se succèdent à la tête du diocèse, en quête d’âmes à évangéliser. Un effort de pastorale que portent aussi les deux grandes abbayes, Corbie à l’Est et Saint Riquier à l’Ouest, et les réguliers qui les occupent. Très tôt donc, les habitants de ces campagnes picardes adhèrent à la foi chrétienne. Jusqu’au XIXème siècle, des chapelles de dévotion s’élèveront ainsi grâce aux initiatives de ses villageois, à leur foi. On en compte 1 pour 3 villages, célébrant Saint Roch et Saint Furcy ou abritant une antique statue de la Vierge, dans tous les cas, venant célébrer une spiritualité locale, qui vient à l’appui des pèlerinages plus lointains vers Notre-Dame de Montflière, près d’Abbeville ou de Brebières, à Albert.

A l’extérieur de Pierregot, dans le canton de Villers-Bocage et au nord d’Amiens, sur le bord de la route de Pas-en-Artois, s’élève ainsi une construction de la fin du XVème ou du début du XVIème siècle, Notre-Dame ô Pie. A noter que ce vocable peut prendre diverses autres formes : de Notre-Dame d’Huppy à Notre-Dame-aux-Pies… Cette chapelle, entourée par le cimetière communal et ses anciennes croix (dont certaines sont contemporaines du monument) est construite en pierres blanches, sur un soubassement de grès. Le territoire communal en possède d’ailleurs plusieurs gisements, exploités à l’époque. Son plan rectangulaire est modifié au cours du XIXème siècle, une abside à trois pans ornant depuis lors son chevet. Un ample mur pignon découvert forme son imposante façade occidentale.

Mais l’histoire du lieu est plus ancienne encore que celle de cette chapelle. En effet, il se dit que cet édifice solitaire est construit là où l’on découvrit dans le sol une statue de la Vierge Marie. Bien avant la chapelle, un oratoire est alors élevé pour y abriter ladite statue suivant la volonté d’un homme de guerre, le seigneur de Baizieux. Celui-ci y aurait été contraint par son cheval, qui s’obstinait à ne pas dépasser le monument, lui rappelant par là même un vœu pieu prononcé auparavant, celui d’honorer Notre-Dame. Une statue de la Vierge, que contenait le monument actuel, est maintenant visible dans l’église paroissiale de la commune. L’intérieur de la chapelle est à présent à nu. Seule une charpente, en poinçons pendants décorés de blochets sculptés où l’on peut voir Dieu le Père, deux jeunes gens lisant un livre ou sainte Marguerite, en rehausse l’intérêt.
Ajoutons que Notre-Dame ô Pie est classée à l’Inventaire des Monuments historiques depuis 1972.

Marc Nadaux