CANOPE academie d'Amiens

Saint-Gratien – 80 – Château

 
Saint-Gratien-80-Le chateau
 
Saint-Gratien-80-Le chateauSaint-Gratien-80-Le chateauSaint-Gratien-80-Le chateauSaint-Gratien-80-Le chateau

C’est avec le style néo-classique que s’achève le XVIIIème siècle artistique. On connaît notamment le Petit Trianon, un pavillon situé dans les jardins du palais de Versailles, du à l’architecte Ange-Jacques Gabriel. A l’origine, la redécouverte de l’Italie antique par les voyageurs européens, l’exhumation des ruines de Pompéi et d’Herculanum, remettent au goût du jour cet « art grec », fait de justes proportions dans l’élévation, de symétrie des façades, de l’utilisation des colonnes, chapiteaux et frontons triangulaires, et autres manières doriques ou corinthiennes.

Les dernières constructions issues de la noblesse d’Ancien régime en Picardie en portent l’empreinte. Ainsi en est-il du château situé sur la commune de Saint-Gratien, dans le département de la Somme, située à une quinzaine de kilomètres au nord-est d’Amiens. Cet édifice aux façades de pierres blanches, venues tout droit des carrières voisines de Bavelincourt, est en effet achevé en 1789, à l’initiative de Jean-Baptiste Jourdain de Thieulloy, issu lui-même d’une famille d’origine amiénoise, récemment anoblie. Il est classé Monument historique depuis 1954.

Elevé après trois années de travaux suivant les plans de l’architecte Rousseau, lui aussi amiénois, cette « folie », ce domaine comprend tout d’abord un corps de logis, de forme rectangulaire et orienté nord-sud. Celui-ci est bâti sur deux niveaux. Deux ailes flanquent un avant-corps, dont la façade s’avance légèrement en saillie sur la cour. Ce dernier est rehaussé par ses combles percés de fenêtres. Cette façade est ornée de quelques sculptures et autres vases à l’Antique.

A l’ouest du château proprement dit, la cour des communs possède quelques parties antérieures au XVIIIème siècle et issues de périodes plus anciennes de construction. Si la chapelle date de 1793, les écuries ou le pigeonnier sont bâtis avec un appareillage de briques et de pierres caractéristiques du XVIIème siècle. Plus tard, sous la Restauration, le parc est réaménagé suivant le style anglais, suivant la mode du temps, en 1826.

Marc Nadaux